Surveillance des changements climatiques dans les Territoires du Nord-Ouest

Ce projet vise à renforcer les capacités locales de surveillance communautaire des tours qui mesurent le changement climatique dans les Territoires du Nord-Ouest.

Au nord-ouest du Canada, le réchauffement climatique est deux fois plus rapide que sur le reste de la planète. Il est essentiel de suivre et de mesurer les changements à la surface de la Terre, notamment la dégradation du pergélisol et ses impacts connexes sur le cycle hydrologique, les ressources locales en eau et le climat régional. Plusieurs millions de dollars ont été investis au cours des quinze dernières années pour développer un réseau de dix tours micrométéorologiques dans les Territoires du Nord-Ouest. L’objectif de ce réseau est de partager les résultats de la surveillance avec la communauté scientifique et les décideurs afin de renforcer la résilience face au changement climatique.

Le Centre des compétences futures investit 660 668 $ dans ce projet de deux ans. Les restrictions imposées aux déplacements dans le souci de protéger les collectivités contre la COVID-19 ont révélé une lacune importante dans le réseau de tours : l’absence d’expertise locale menace son fonctionnement continu. Ce projet permettra de renforcer les capacités locales en matière de surveillance micrométéorologique communautaire afin de protéger l’importante infrastructure de recherche canadienne. Les tours n’ont pas été entretenues depuis septembre 2019, ce qui perturbe énormément l’enregistrement des données. Le personnel existant vit en dehors des TNO et, en raison de la pandémie, on ne sait pas quand ses activités pourront reprendre. Pour continuer à exploiter les tours, il faut des visites régulières d’un personnel qualifié, idéalement tous les mois, afin de garantir l’intégrité et le fonctionnement de l’infrastructure, des systèmes d’alimentation en énergie solaire et des instruments micrométéorologiques de pointe.

Image of an eclipse eddy covariance) Tower network.

L’utilisation d’outils de communication numérique (comme la réception des téléphones cellulaires ou l’accès à l’Internet par satellite dans la plupart des tours) et la capacité locale, coordonnée par un associé ou un technicien en recherche micrométéorologique, renforceront la résilience de l’infrastructure canadienne de recherche sur le changement climatique, essentielle pour appuyer la prise de décisions fondées sur des données probantes. Une telle initiative permettra d’avoir des collectivités nordiques plus prospères, durables et saines. Le projet permettra de réduire la dépendance à l’égard des experts résidant à l’extérieur du territoire. Il s’inscrit dans le cadre des priorités stratégiques du gouvernement territorial en matière de renforcement des capacités locales, en particulier dans les collectivités du Nord, en vue de l’adaptation aux changements climatiques et aux conditions du pergélisol.

Evaluation

Ce projet sera évalué à l’aide d’outils et de méthodes qui concordent avec ses objectifs, son contexte et son stade de développement. L’évaluation mettra l’accent sur la production de données probantes pertinentes et au bon moment, afin de faire progresser l’intervention. Lisez-en plus sur notre stratégie d’évaluation.