Polygon Created with Sketch. Accueil | Recherche

Préparation et résilience : Cartographie des grandes lignes de l’écosystème des compétences et de l’emploi des Autochtones au Canada

En collaboration avec ses partenaires, le Conseil canadien pour l’entreprise autochtone (CCEA) a produit le rapport Préparation et résilience : Cartographie des grandes lignes de l’écosystème des compétences et de l’emploi des Autochtones au Canada dans le cadre d’un projet sur les obstacles et les facteurs favorables à l’emploi des Autochtones au Canada visant à dresser un état des lieux de l’emploi autochtone.

Native American jeweler standing in studio

Principaux constats

Malgré des investissements continus dans la formation axée sur leurs compétences, les Autochtones demeurent sous-représentés sur le marché du travail, et ces disparités se sont aggravées depuis le début de la pandémie

La principale raison citée par les Autochtones pour expliquer leur difficulté à trouver du travail est le manque d’emplois disponibles (60,3 %), suivi du manque d’expérience de travail (44,6 %) et du manque d’éducation et de formation (44,5 %)

L’importance excessive accordée aux titres de compétences désavantage de manière disproportionnée de nombreux groupes en quête d’équité, dont les Autochtones, qui sont sous-représentés dans l’enseignement supérieur

Le développement des compétences, la formation et les possibilités de financement revêtent un caractère indispensable pour permettre l’avancement professionnel des Autochtones, accroître les chances de réussite des Autochtones sur le marché du travail et en entrepreneuriat et favoriser la réconciliation économique au Canada. De telles possibilités peuvent aider les Autochtones à s’adapter à l’évolution constante d’un marché du travail axé sur la technologie, et ce, dans les nombreux secteurs d’activité qui composent l’économie canadienne. La force économique du Canada dépend de sa capacité à offrir à chaque membre de la population les ressources dont il a besoin pour mettre à profit ses talents, ses compétences et ses capacités. Pour parvenir à une économie véritablement inclusive, il est primordial d’œuvrer délibérément pour s’assurer que les groupes historiquement marginalisés, tels que les Autochtones, puissent s’épanouir et réussir sur un pied d’égalité comme employés, propriétaires d’entreprise, entrepreneurs et chefs de fle de leur secteur et, plus généralement, dans la société. À cette fn, il est essentiel de lancer des initiatives qui permettent aux Autochtones d’acquérir des compétences grâce à des possibilités de formation, de réseautage et de mentorat.

En collaboration avec ses partenaires, le Conseil canadien pour l’entreprise autochtone (CCEA) a produit le rapport Préparation et résilience : Cartographie des grandes lignes de l’écosystème des compétences et de l’emploi des Autochtones au Canada dans le cadre d’un projet sur les obstacles et les facteurs favorables à l’emploi des Autochtones au Canada visant à dresser un état des lieux de l’emploi autochtone. La présente étude s’est articulée en trois phases, à savoir un exercice de cartographie, suivi de deux séries d’entrevues approfondies. La phase 1 a consisté à évaluer un large vivier d’organismes de perfectionnement des compétences et de financement propres aux Autochtones au Canada. Cet exercice de cartographie visait à comprendre les possibilités disponibles actuellement pour les Autochtones, en matière d’avancement professionnel et de perfectionnement des compétences. Les phases 2 et 3 ont apporté des éléments de contexte supplémentaires sur l’état de l’emploi autochtone, notamment des observations et des contributions singulières de représentants d’entreprises autochtones et d’entreprises non autochtones. Dans le cadre de chacune de ces phases, 15 entrevues ont été réalisées avec des prestataires de formation autochtones et 15 autres avec des entreprises non autochtones figurant dans le répertoire du CCEA, soit un total de 30 entrevues.

Les résultats de cette étude peuvent aider les entrepreneurs autochtones, les pouvoirs publics et les entreprises du secteur privé à mieux comprendre le manque de possibilités actuelles offertes aux Autochtones, à mettre en évidence les possibilités de développement de programmes futurs et à remédier aux éventuelles lacunes dans les possibilités existantes.

Contenu connexe

Créer des milieux de travail où les salariés neuroatypiques s’épanouissent

Ce rapport explore les approches et les pratiques exemplaires permettant de réduire les coûts économiques…
abstract decorative

L’apprentissage expérientiel dans le secteur social

Ce rapport explore l’apprentissage expérientiel des services sociaux selon la perspective des employeurs et étudiants…
Afficher toute la recherche