Polygon Created with Sketch. Accueil | Recherche

Tendances de la demande de travailleurs pendant la pandémie de COVID-19

Ce rapport est fondé sur une analyse des offres d’emploi en ligne pendant la période prépandémique et la période pandémique. Nous discutons à la fois de l’évolution du nombre total d’offres d’emploi et de l’évolution des offres d’emploi en fonction de la région, des professions, des compétences et des secteurs.

Points importants

1

L’arrêt des activités économiques qui a suivi la pandémie de COVID-19 a touché une grande partie de la population active canadienne. Dès la mi-avril, le nombre de Canadiens sans emploi ou sous-employés en raison de l’arrêt des activités économiques atteignait 5,5 millions; en mai, le taux de chômage atteignait 13,7 %, soit le taux le plus élevé enregistré depuis que des données comparables sont devenues disponibles en 1976.

2

Les travailleurs employés dans les secteurs qui requièrent une proximité physique avec d’autres et dans ceux où le travail à domicile est moins fréquent étaient plus susceptibles de perdre leur emploi. Les jeunes, les femmes et les personnes ayant immigré récemment étaient également plus susceptibles d’être au chômage en raison de l’arrêt des activités économiques.

3

Les données disponibles montrent que ceux qui ont des revenus élevés, les familles dans le décile supérieur de la répartition des revenus et ceux qui ont suivi des études supérieures, sont nettement plus susceptibles d’avoir un emploi qui peut être exercé à domicile.

Résumé

L’arrêt des activités économiques qui a suivi la pandémie de COVID-19 a touché une grande partie de la population active canadienne. Dès la mi-avril, le nombre de Canadiens sans emploi ou sous-employés en raison de l’arrêt des activités économiques atteignait 5,5 millions; en mai, le taux de chômage atteignait 13,7 %, soit le taux le plus élevé enregistré depuis que des données comparables sont devenues disponibles en 1976. Bien qu’aucun secteur de l’économie n’ait été protégé contre les répercussions de cet arrêt des activités, les risques et retombées économiques n’ont pas été uniformément répartis entre les Canadiens. Les travailleurs employés dans les secteurs qui requièrent une proximité physique avec d’autres et dans ceux où le travail à domicile est moins fréquent étaient plus susceptibles de perdre leur emploi. Les jeunes, les femmes et les personnes ayant immigré récemment étaient également plus susceptibles d’être au chômage en raison de l’arrêt des activités économiques.

De nombreuses entreprises ont pu rapidement déplacer leur travail et leurs services en ligne pour permettre à un grand nombre de travailleurs de continuer à travailler pendant l’arrêt des activités économiques. Dès avril 2020, 5 millions de Canadiens travaillaient à domicile, dont deux tiers ne travaillaient pas à domicile avant la pandémie.6 Ces types d’emplois ne sont toutefois pas accessibles à tous les Canadiens. En réalité, la possibilité de travailler à distance favorise les personnes financièrement plus aisées. Les données disponibles montrent que ceux qui ont des revenus élevés, les familles dans le décile supérieur de la répartition des revenus et ceux qui ont suivi des études supérieures, sont nettement plus susceptibles d’avoir un emploi qui peut être exercé à domicile.

Dans une série de rapports concernant le marché du travail pendant la pandémie de COVID-19, nous évoquons les tendances et les caractéristiques de la demande de travailleurs au Canada. Le premier rapport est fondé sur une analyse des offres d’emploi en ligne pendant la période prépandémique et la période pandémique. Nous discutons à la fois de l’évolution du nombre total d’offres d’emploi et de l’évolution des offres d’emploi en fonction de la région, des professions, des compétences et des secteurs. Les données que nous avons utilisées dans le présent document sont extraites de la suite logicielle Hiring Demand Analytics de Vicinity Jobsa qui rassemble les offres d’emploi en ligne dans tout le Canada. Ces données ont le plus grand avantage de fournir de l’information en temps quasi réel sur les offres d’emploi en fonction des compétences, de la région et d’autres renseignements détaillés qui ne sont pas toujours disponibles dans les enquêtes sur le travail. Les postes vacants qui ne sont pas publiés en ligne et les embauches qui se font par le bouche-à-oreille ne sont toutefois pas inclus.

Contenu connexe

Man preparing plates in the kitchen.

Demande croissante de compétences spécialisées: Compétences émergentes dans les métiers des services de la restauration

Les cuisines commerciales sont des lieux de travail de plus en plus automatisés, connectés et diversifiés. Ce document d’information examine les compétences nécessaires à une adaptation réussie des gens de métier – principalement les métiers désignés Sceau rouge de cuisiniers et de boulangers-pâtissiers – et les façons dont les employeurs peuvent trouver les travailleurs qualifiés qu’ils recherchent.
Mechanic working on engine.

Demande croissante de compétences spécialisées: Compétences numériques exigées pour les véhicules intelligents et connectés

Pour suivre le virage de l’industrie automobile vers les véhicules intelligents et connectés, les gens de métier qui assurent l’entretien de voitures, de camions, d’équipement lourd et d’autres véhicules devront renforcer leurs compétences numériques. Cette note examine comment les intervenants du secteur de l’automobile peut aplanir les obstacles au relèvement des compétences numériques des apprentis et des compagnons.
Two workers in a construction site.

Demande croissante de compétences spécialisées: La « boîte à outils chantiers » sur les compétences sociales et émotionnelles dans les métiers de la construction

Ce rapport porte sur les compétences sociales et émotionnelles dont auront besoin les gens des métiers de la construction pour participer à une industrie de plus en plus multigénérationnelle et diversifiée.
Afficher toute la recherche