Projets d’innovation

Le CCF-FSC investit dans des projets qui mettent à l’essai des approches novatrices pour aider les Canadiens à accéder à de nouvelles compétences et à contribuer à l’établissement d’une base de données de plus en plus solide sur les compétences nécessaires pour réussir dans la nouvelle économie.

L’appel de propositions initial d’Emploi et Développement social Canada pour la création du Centre des Compétences futures a incité les promoteurs à identifier une première série de projets prêts à être lancés. Les partenaires du consortium ont identifié 12 projets grâce à un engagement ciblé des parties prenantes. Six projets ont finalement été sélectionnés à la suite d’un processus de sélection par le sous-comité intérimaire des projets du CCF-FSC. La décision a été prise en fonction d’un ensemble établi de critères d’évaluation, notamment :

Le CCF-FSC s’est engagé à faire une contribution financière de 11,58 M$ sur deux ans pour six projets inauguraux. Une vue d’ensemble des six premiers projets d’innovation se trouve ci-dessous.


« Centre autochtone de développement des TIC » avec FireSpirit et ID Fusion Software

Explorer des approches pour sensibiliser les jeunes Autochtones et les communautés sous-employées et renforcer leurs capacités dans le secteur des technologies de l’information et des communications

Le secteur des technologies de l’information et des communications (TIC) est l’une des industries dont la croissance est la plus rapide au Canada. Toutefois, si la demande de talents est élevée, les Autochtones sont extrêmement sous-représentés dans les professions liées aux TIC.

Le Centre des Compétences futures investira 670 000 $ dans un projet de 16 mois dirigé par FireSpirit et ID Fusion Software pour évaluera la valeur de l’investissement d’un centre autochtone de développement des TIC, qui fournira des services et de la formation en matière de TIC à la communauté locale.

Le centre autochtone de développement des TIC travaillera de jeunes Autochtones et des personnes sous-employées et mise à l’essai une formation pertinente et une expérience de travail rémunérée, de l’encadrement professionnel et du mentorat dans leur communauté. En travaillant avec des employeurs autochtones et non autochtones, ce projet évaluera le jumelage de professionnels des TIC avec des entreprises ayant des besoins en TIC.

Ce projet est mené uniquement par deux organismes du secteur privé autochtone afin de créer un cadre qui permettra aux professionnels autochtones des TIC de recevoir une formation, de collaborer et d’offrir leurs services de façon individuelle ou collective. Quarante participants, dans les communautés avoisinantes de Winnipeg et de Le Pas, au Manitoba, engageront de ce projet.

haut de page


« Facilitating Access to Skills Talent (FAST) » avec Immigration Employment Council of British Columbia (IECBC)

Mise à l’essai d’expansion des volets emploi pour une plateforme en ligne d’évaluation et de développement des compétences pour aider les nouveaux arrivants à mieux se préparer à entrer dans le marché du travail

L’immigration est essentielle à la croissance de l’économie canadienne. Toutefois, le taux de chômage est plus élevé et les salaires plus bas par rapport à la moyenne canadienne chez les nouveaux arrivants, et ce, malgré leurs niveaux de scolarité plus élevés. Mise à l’essai en tant que programme pilote avant l’arrivée, le programme FAST est une plateforme en ligne d’évaluation et de développement de compétences pour des professions particulières qui vise à aider les nouveaux arrivants à surmonter des obstacles comme la reconnaissance de leurs acquis à l’étranger et leur manque d’expérience sur le marché du travail canadien.

Par l’entremise d’évaluations des compétences techniques propres à certaines professions, FAST permet aux nouveaux arrivants de mesurer leurs compétences par rapport aux normes requises pour travailler au Canada pour mieux comprendre comment leurs compétences peuvent leur permettre de satisfaire aux besoins du marché du travail. Ayant servi plus de 600 clients dans 68 professions dans les métiers spécialisés, la biotechnologie et les sciences de la vie ainsi que dans les technologies de l’information, les résultats initiaux démontrent que 66 % des clients de FAST ont trouvé du travail dans leur domaine dans les quatre semaines suivant leur arrivée au Canada.

Le Centre des Compétences futures investira 2,38 M$ dans ce projet de deux ans dirigé par l’Immigration Employment Council of British Columbia (le conseil pour l’emploi des immigrants de la Colombie-Britannique), ce qui permettra d’élargir la plateforme FAST en y ajoutant des volets en comptabilité ainsi que dans les secteurs du tourisme et de l’accueil pour satisfaire à la demande en Colombie-Britannique, au Manitoba, en Ontario et en Nouvelle-Écosse et pour appuyer 1 500 nouveaux arrivants.

haut de page


« Définir les compétences numériques » avec l’Association canadienne de la technologie de l’information (ACTI)

Un nouveau programme de formation professionnelle pour tester une approche mixte pour les compétences numériques et professionnelles

En raison de l’évolution rapide des besoins en matière de compétences numériques, il existe un décalage entre les compétences des diplômés postsecondaires et les compétences techniques recherchées par les employeurs. Ces compétences numériques comprennent souvent une combinaison de la capacité d’innovation, l’esprit d’entreprise, la compréhension des processus d’adoption de la technologie ainsi que des compétences générales comme la communication, la créativité et la capacité d’adaptation. Des approches novatrices sont essentielles pour mieux définir les compétences numériques nécessaires pour combler ces lacunes et créer les nouveaux possibilités.

Le Centre des compétences futures investira 1,24 M$ dans un projet de deux ans dirigé par l’Association canadienne de la technologie de l’information (ACTI), qui étudie de nouvelles approches afin de définir les compétences numériques et créer de nouveaux cheminements dans le secteur numérique pour les diplômés ne provenant pas des STIM, les professionnels formés à l’étranger et les travailleurs à haut potentiel, mais qui n’ont pas les attestations traditionnelles. Ce projet subventionné teste une formation avec une approche mixte combinant les compétences numériques et professionnelles.

L’ACTI, de concert avec les entreprises membres et les partenaires, se participent de définir un ensemble de compétences numériques en demande. À l’aide de cette information, on élaborera un programme d’études pour les voies alternatives menant au secteur numérique. Des tests d’aptitudes et des évaluations de compétences rigoureux sont un volet clé du projet.

Ce projet ciblera 370 chercheurs d’emplois et employeurs dans la région du Grand Toronto, en Alberta, au Manitoba et en Nouvelle-Écosse.

haut de page


« Programme à crédit A-STIM » avec Actua

Mise à l’essai d’une approche axée sur la culture pour la formation des jeunes Autochtones et des jeunes du Nord en matière de compétences essentielles à l’employabilité

Les jeunes Autochtones font partie des populations dont la croissance est la plus rapide au Canada, mais leurs taux de participation à l’économie numérique et aux STIM sont inférieurs à la moyenne nationale. Les obstacles à la participation des jeunes Autochtones et du Nord à la main-d’œuvre sont leur taux de diplomation au secondaire et le manque d’occasion de participer à des programmes de STIM où la culture et les connaissances des Autochtones sont valorisées et forment la base du développement des compétences.

Le Centre des Compétences futures investira 2,3 M$ dans un projet de deux ans, dirigé par Actua, qui vise à trouver des moyens d’aborder les obstacles par l’intermédiaire d’un programme crédité au secondaire qui utilisera une approche pertinente sur le plan local et culturel pour développer les compétences numériques ainsi que les compétences fondamentales clés, comme l’aptitude à la lecture et au calcul. Le projet comprendra l’évaluation de deux programmes clés : un volet à l’école et un volet estival sur le territoire, qui contribueront tous deux à l’obtention de crédits. Au cours de la deuxième année du projet, un programme de stages pratiques au cours duquel lancera – les élèves sélectionnés qui participent au programme sur le territoire effectueront des stages auprès de partenaires de l’industrie.

Soixante-quinze jeunes Autochtones particperont à la première cohorte de ce programme, y compris des jeunes des Premières nations de Kwanlin et de DünTa’an Kwäch’än au Yukon; des jeunes Inuvialuits et ceux de la Première nation de Gwich’in dans les Territoires du Nord-Ouest; ainsi que des jeunes de la Première nation de Frog Lake en Alberta.

Actua collabore étroitement avec les leaders, les conseils scolaires locaux, les aînés des communautés autochtones ainsi que les partenaires de l’industrie afin de concevoir un programme qui reflète les priorités de la communauté. Le modèle d’apprentissage sur le territoire dirigé par les Autochtones a été conçu pour satisfaire aux besoins et aux intérêts des jeunes Autochtones.

haut de page


«  Assurer la transition des compétences dans une passerelle vers l’emploi des jeunes soutenue par la technologie » avec OTEC, et First Work

Étudier un modèle intégré d’évaluation et de jumelage emploi-travailleur pour les jeunes chercheurs d’emploi

Le marché du travail évolue rapidement, et les cheminements de carrière deviennent de moins en moins linéaires et prévisibles pour les jeunes Canadiens qui y font leur entrée, ce qui peut porter à confusion. Les jeunes ont souvent de la difficulté à comprendre les occasions émergentes et à reconnaître les expériences transférables. Une infrastructure est donc nécessaire pour aider les jeunes à naviguer parmi les cheminements de carrière de façon plus réceptive, personnalisée et ciblée.

Le Centre des Compétences futures investira 2,5 M$ dans un projet qui s’étendra sur deux ans et qui est dirigé par l’OTEC et First Work. Le projet étudiera la mise en place d’une passerelle unique vers l’emploi des jeunes, soutenue par la technologie.

Ce projet étudiera la façon dont les modèles d’évaluation peuvent être améliorés par la technologie pour favoriser une formation plus axée sur l’acquisition de compétences en matière d’emploi. Le modèle AliGN d’évaluation et de jumelage emploi-travailleur de l’OTEC a été conçu pour « filtrer » les candidats qui n’ont pas d’expérience transférable.

Le projet intègre les technologies dans une plateforme unique et cohésive qui aborde les étapes clés du processus d’emploi et de développement de compétences. Premièrement, la plateforme détermine les professions qui correspondent aux intérêts du jeune chercheur d’emploi, et deuxièmement, elle étudie les compétences requises pour avoir du succès dans ces professions. En partenariat avec First Work, les partenaires clés sont ciblés dans les organismes qui offrent des services liés à l’emploi des jeunes.

Au cours de ce projet, 2 000 participants chercheront à obtenir la formation la plus efficace afin de développer leurs compétences et trouver un emploi ou faire avancer leur carrière dans l’Ouest, le Centre et le Canada atlantique.

haut de page


« Future Skills Network for Universities » avec FUSION

Un réseau national d’universités canadiennes axé sur le développement de compétences novatrices pour préparer les étudiants à l’économie de demain

L’économie d’aujourd’hui, qui évolue rapidement, laisse de grand nombre de diplômés universitaires systématiquement sous-employés. Cependant, les universités sont les mieux placées pour former les étudiants aux connaissances techniques et aux compétences générales dont ils ont besoin pour s’adapter et réussir.

Pour aider les universités à combler cet écart, le Centre des Compétences futures investira 2,5 M$ dans FUSION, un réseau national de six universités – l’Université Concordia, l’Université Simon Fraser, l’Université de Calgary, l’Université de la Saskatchewan, l’Université Carleton et l’Université Memorial de Terre-Neuve. Ce financement initial de deux ans appuie le modèle de réseau de FUSION, qui favorisera la collaboration autour du développement des compétences et accélérera la diffusion des innovation réussies.

Le travail du FUSION se concentre sur l’établissement de formes inclusives du développement de compétences à travers ses trois priorités :

FUSION ciblera environ 1500 étudiants inscrits à des programmes donnant droit à des crédits au cours de ses deux premières années d’études. Il vise également à ouvrir des voies d’accès à l’enseignement universitaire en établissant des partenariats avec des écoles primaires et secondaires, des organismes sans but lucratif et des programmes financés par le gouvernement. Cela montrera qu’une collaboration accrue tout au long du cheminement scolaire améliore l’employabilité des diplômés. La structure du réseau FUSION et ses objectifs de collaboration représentent une nouvelle façon de travailler pour les universités canadiennes afin de combler un vide important dans le paysage postsecondaire canadien.

haut de page