Rapport De PERSPECTIVES DE PROJET

Apprendre aux PME vulnérables les compétences en matière d’innovation nécessaires à l’élaboration de stratégies durables et à long terme en matière de travail à distance

Adaptabilité des PME

SOMMAIRE

Les petites et moyennes entreprises appartenant à des femmes et à des personnes handicapées ont été touchées de manière disproportionnée par la COVID-19, un pourcentage plus élevé d’entre elles ayant déclaré qu’elles n’étaient pas en mesure de poursuivre leurs activités pendant la pandémie. Pour répondre à ce problème, pointA a conçu un cours virtuel de quatre semaines pour aider les propriétaires de petites entreprises à élaborer des stratégies de travail à distance.

Bien qu’il soit difficile d’évaluer l’efficacité du cours, pointA a constaté que, trois ans après le début de la pandémie, de nombreuses entreprises se posaient encore des questions et cherchaient des solutions pour le travail à distance. Les petites et moyennes entreprises (PME) sont également prêtes à payer des centaines de dollars par mois pour des services s’ils présentent des avantages concrets pour leur entreprise.  

En tant qu’initiative visant à étendre le soutien de pointA à l’ensemble du Canada, ce projet a également révélé l’importance de s’appuyer sur d’autres organisations communautaires pour recruter des participants au programme, ainsi que les avantages d’une approche itérative permettant de procéder à des rajustements fréquents.

Collaborateur

Gordon Chan,
Gestionnaire du Laboratoire d’Innovation au CCF

Laura McDonough,
Directeur associé de la mobilisation des connaissances au CCF

Date de publication

mars 2024

PARTENAIRE

pointA

EMPLACEMENTS

Pancanadien

FONDS VERSÉS

$138,876

PERSPECTIVE CLÉ N° 1

Trois ans après le début de la pandémie, de nombreuses entreprises se posaient encore des questions et cherchaient des solutions pour le travail à distance.

PERSPECTIVE CLÉ N° 2

Si les services d’aide aux PME sont suffisamment pratiques et efficaces dans l’ensemble, les PME sont prêtes à payer des centaines de dollars par mois. 

PERSPECTIVE CLÉ N° 3

Le recours à d’autres prestataires de services pour aider à recruter des participants au programme s’est avéré plus efficace que les annonces dans les médias sociaux.

L’enjeu

During the COVID-19 pandemic, small and medium-sized enterprises were disproportionately Lors de la pandémie de la COVID-19, les petites et moyennes entreprises ont été touchées de manière disproportionnée par la crise, en particulier les PME détenues par des femmes et des personnes handicapées. Ces entreprises étaient plus susceptibles d’appartenir aux secteurs des services, de l’information et des industries culturelles, de l’hébergement et de la restauration, qui sont parmi les plus durement touchés par la pandémie. Outre les conséquences de la pandémie, les PME détenues par des femmes et des personnes handicapées sont généralement plus petites, avec moins de capital financier, moins d’employés et moins de capacités en matière de ressources humaines, ce qui signifie qu’elles disposaient de moins de ressources pour s’adapter lorsque les fermetures ont commencé.

Ce que nous examinons

Pour répondre à ce problème, pointA a mis au point un cours virtuel de quatre semaines auquel les chefs d’entreprise peuvent participer gratuitement. Le projet visait à impliquer les femmes et les personnes handicapées propriétaires de petites entreprises dans les secteurs les plus touchés par la COVID-19.

Le contenu du cours a mis l’accent sur les compétences en matière d’innovation qui sont pertinentes pour établir des stratégies de travail à distance durables et à long terme. L’objectif était d’aider les propriétaires de PME à développer une approche du travail à distance adaptée à leur contexte et de leur fournir des compétences pouvant être appliquées à d’autres aspects de leur activité. 

En outre, pointA possédait une vaste expérience en matière de conseil aux entreprises de la région du Grand Toronto, mais estimait que ses connaissances pouvaient profiter à un plus grand nombre d’entreprises à travers le Canada.  Par conséquent, ce projet a représenté une sorte de test de faisabilité pour l’élargissement de la programmation de pointA par le biais de canaux en ligne dédiés.  L’équipe a également travaillé avec le programme Accélérateur  du Centre des Compétences futures afin d’étudier comment l’organisation pourrait créer une offre durable, à plus long terme, à partir des connaissances et des atouts de ce projet.

Ce que nous apprenons

Recrutement

73 participants ont pris part au cours virtuel de 4 semaines sur deux cycles, ce qui est loin de l’objectif initial de 350. pointA a d’abord fait la promotion de son offre de cours par le biais de webinaires, d’infolettres et de références, mais cela s’est avéré moins efficace que prévu pour atteindre les groupes ciblés. En collaboration avec un conseiller en marketing, l’équipe du projet a élaboré d’autres supports de communication, notamment des publicités payantes sur les médias sociaux. En fin de compte, l’approche la plus efficace a consisté à envoyer des courriels directement ciblés à 500 organisations à travers le Canada et à inviter leurs membres ou parties prenantes à s’inscrire au cours. En conséquence, des organisations comme Magnet, StartUp Canada, Mentor Works, Imagine Canada, Go Forth Institute, Indo-Canada Chamber of Commerce, Women Entrepreneurship, Canadian Association of Women in Construction et Women’s Enterprise Centre of British Columbia ont contribué à promouvoir le cours de pointA auprès de leurs réseaux.

La mise en place d’un réseau d’autres organisations à travers le Canada était essentielle pour permettre à pointA d’attirer des participants et d’étendre son offre à l’ensemble du pays. En consacrant plus de temps aux consultations communautaires afin d’identifier les besoins des participants et les solutions potentielles, l’organisation aurait pu améliorer son parcours plus rapidement.

De même, des objectifs de recrutement moins élevés (du moins au départ) auraient pu produire une offre attrayante à l’échelle du Canada dans un délai plus court. pointA a eu des difficultés à atteindre ses objectifs initiaux en matière de participants et la fixation d’objectifs plus gérables aurait pu réduire le stress du personnel du projet et permettre d’apporter davantage d’améliorations au projet sur la base d’une mise en œuvre anticipée. Cette approche aurait également favorisé le recrutement des participants les plus susceptibles de bénéficier des services. En validant et en perfectionnant son cours plus tôt dans le processus, pointA aurait pu étendre sa portée à l’ensemble du Canada plus facilement et plus efficacement.

Culture numérique

Les premières plateformes en ligne de pointA ont involontairement créé des obstacles pour les participants. De nombreux participants ont eu des difficultés avec le processus d’inscription en ligne et avec Google Classroom, en particulier ceux qui n’avaient pas de compte Google. Le projet est finalement passé à une communication par courriel et à une page web plus simple, qui s’est avérée plus efficace et plus inclusive.

Practical, personalized support
The language used in course material was very important. Terms such as “innovation” and “strategy” were vague and unclear to end users, stakeholders, and supporters, and pointA found better results with more concrete and descriptive language. In addition, pointA learned that many SMEs run by women in particular were interested in coaching or consulting to address their specific remote work issues. Consequently, the project team introduced a tailored one-to-one session for individual business needs, which made the course more useful for participants.

Un soutien pratique et personnalisé

La langue utilisée dans le matériel de cours est très importante. Des expressions comme « innovation » et « stratégie » étaient vagues et peu claires pour les utilisateurs finaux, les parties prenantes et les sympathisants, et pointA a obtenu de meilleurs résultats avec un langage plus concret et plus descriptif. En outre, pointA a appris que de nombreuses PME dirigées par des femmes en particulier étaient intéressées par des services de coaching ou de conseil pour répondre à leurs problèmes particuliers en matière de travail à distance. Par conséquent, l’équipe du projet a créé une séance individuelle sur mesure pour répondre aux besoins individuels des entreprises, ce qui a rendu le cours plus utile pour les participants.

Efficacité

De nombreux participants étaient réticents à remplir des enquêtes formelles et à fournir des données systématiques sur l’achèvement des cours ou la réussite des participants. Bien qu’il soit difficile de déterminer si les connaissances et les compétences des participants en matière de travail à distance ont été améliorées, pointA a constaté que les PME étaient toujours à la recherche de solutions de travail à distance trois ans après le début de la pandémie. De nombreux propriétaires d’entreprises n’avaient que peu d’interlocuteurs avec lesquels ils pouvaient discuter de cette question et beaucoup se sont sentis isolés face à ce problème.

En outre, les PME participantes ont déclaré qu’elles étaient prêtes à payer des centaines de dollars par mois pour des services s’ils présentaient des avantages concrets pour leur entreprise. Parmi ceux qui étaient intéressés par ce soutien, pointA n’a pas trouvé de tendances dans des industries ou des tailles d’entreprises particulières, mais a constaté que les PME intéressées avaient souvent une culture forte et/ou une direction ouverte à de nouvelles approches et souhaitant une stratégie intentionnelle pour le travail à distance. Bien qu’il soit difficile d’évaluer l’efficacité de l’offre de cours de pointA, la demande persistante de soutien au travail à distance suggère que ces types de services restent pertinents et attrayants pour les PME.

Pourquoi c’est important

Étant donné que les PME représentent une grande partie de l’emploi dans le secteur privé au Canada, l’expérience de pointA offre des indications précieuses sur la manière de servir ces entreprises et d’étendre le soutien aux PME à l’ensemble du pays.

Pour les décideurs politiques et les praticiens, il est clair que les PME recherchent un contenu pratique et un soutien personnalisé. Le langage utilisé a également un effet considérable sur la capacité à impliquer les chefs d’entreprise. Ce projet fournit un exemple de critères qui encouragent les PME à faire des investissements, dans ce cas, s’ils ont une incidence très immédiate ou directe sur leurs résultats, par exemple le passage au travail à distance en cas de pandémie.

Les financeurs doivent définir une approche claire en matière d’apprentissage et d’évaluation et aider les bénéficiaires du financement à mettre en œuvre l’approche d’évaluation, le cas échéant. Pour évaluer l’efficacité du programme, les projets doivent s’attendre à ce que les participants fournissent un compte rendu de leur expérience et des résultats à long terme. 

Le projet offre également des leçons durement acquises pour la mise à l’échelle des projets dans de nouvelles zones géographiques. Une stratégie prometteuse consiste à s’appuyer sur les prestataires de services existants pour atteindre les communautés cibles et recruter des participants au programme. Cette question est d’autant plus pertinente que de nombreuses organisations ont eu des difficultés à recruter des participants au programme. 

Prochaines étapes

Après avoir travaillé dans le cadre du programme Accélérateur du CCF pour explorer comment le soutien au travail à distance de pointA pourrait devenir une offre à plus long terme, pointA offre maintenant une gamme complète de services liés au travail à distance

Projets en vedette

Group of people collaborating

Rapport préliminaire: Changement du point de vue des Canadiens sur l’emploi

Un nouveau sondage de l’Environics Institute suggère que la COVID-19 n’a pas eu d’incidence négative…

Writing in a book

Instituts autochtonesexternal link icon

Cinquante ans plus tard, il existe au Canada de nombreuses formes d’enseignement supérieur axé sur…

View more