Le Carrefour d’emploi autochtone

Les membres de la Cowichan Nation Alliance (CNA), qui regroupe la Première Nation de Halalt, les tribus Cowichan, la tribu Penelakut et la Première Nation Stz’uminus en Colombie-Britannique, souhaitent que leurs communautés deviennent indépendantes et autosuffisantes. L’emploi et l’autonomie sont essentiels à la concrétisation de cette vision. Or, les possibilités d’emploi des Autochtones ont toujours été plus limitées que celles de la population générale canadienne. En effet, les Autochtones se heurtent souvent à des obstacles comme le manque d’instruction, de formation et d’expérience de travail, le racisme, les stéréotypes sexospécifiques et des lacunes sur le plan des compétences en recherche d’emploi.

Three indigenious women smiling and sitting in front of a laptop in a cafe setting.

Constatant cet effectif en grande partie inexploité et la pénurie de travailleurs qualifiés, la Cowichan National Alliance a vu la possibilité de mettre sur pied le Carrefour d’emploi autochtone (CEA). Ce carrefour favorisera grandement l’emploi à court et à long terme chez les membres de la communauté tout en tenant compte des besoins propres aux Autochtones et des obstacles auxquels ils font face dans la recherche d’emploi, et visera à répondre à la demande en matière de main-d’œuvre spécialisée.

Le Centre des Compétences futures investit près de 1,5 million de dollars dans le CEA, qui réunit des communautés des Premières Nations, l’industrie, le secteur privé, les gouvernements provincial et fédéral et des établissements d’enseignement sous un seul et même toit pour offrir dans les réserves des programmes de formation professionnelle adaptés et actuels ainsi que des services de recrutement et de placement.

Le CEA a accès à une main-d’œuvre autochtone pratiquement inexploitée. Dans les deux prochaines années, le CEA doit mener 150 évaluations des compétences, élaborer 100 plans de formation, offrir des cours à une centaine de participants et négocier l’embauche de 80 de ses membres dans des projets de construction et d’infrastructure aux prises avec la pénurie de main-d’œuvre.

Ce projet comprend les volets suivants :

  • Offrir de la formation sur les réserves;
  • Appliquer une approche globale axée sur la personne dans son ensemble et qui prévoit un mélange de compétences essentielles, d’habiletés fondamentales et de compétences techniques et professionnelles;
  • Appliquer une méthode d’apprentissage s’appuyant sur la culture autochtone pour que les membres de la communauté puissent apprendre à leur propre rythme.

Evaluation

Ce projet sera évalué à l’aide d’outils et de méthodes qui concordent avec ses objectifs, son contexte et son stade de développement. L’évaluation mettra l’accent sur la production de données probantes pertinentes et au bon moment, afin de faire progresser l’intervention. Lisez-en plus sur notre stratégie d’évaluation