Polygon Created with Sketch. Accueil | Recherche

Résoudre le casse-tête des compétences: La bonne information, la pièce manquante

Skills Next banner

Dans un monde du travail de plus en plus déterminé par l’offre et la demande de compétences plutôt que par les diplômes obtenus, les employeurs ont des difficultés à trouver les travailleurs dont ils ont besoin et les travailleurs ont du mal à faire face à l’évolution de la demande. Emna Braham et Steven Tobin exposent le fait que de meilleures informations, plus accessibles, sur le marché du travail sont au cœur de la clarification des compétences et des besoins de formation d’aujourd’hui et de demain.

Télécharger le rapport

Points importants

Plus du tiers de la main-d’œuvre canadienne possède des qualifications supérieures à ce qui est habituellement requis pour le poste occupé et près de 35 % des employeurs déclarent avoir de la difficulté à recruter des travailleurs qualifiés : la stratégie actuelle associant les compétences aux emplois semble désuète. Mme Braham et M. Tobin expliquent quels changements fondamentaux sont requis dans le secteur public, le secteur privé et le milieu universitaire. Leur diagnostic est simple : nous devons tous parler le même langage à propos des compétences et ce langage doit être connecté à de vrais emplois – autrement, nous ne pourrons utiliser les mégadonnées pour nous faire une idée globale de la situation actuelle des travailleurs canadiens et de la direction qu’ils prennent.

1

1/3 des Canadiens et Canadiennes possèdent des qualifications plus élevées que ce que requiert leur poste et 35 % des employeurs signalent des difficultés à trouver des travailleurs compétents.

2

En l’absence de données cohérentes relatives aux compétences, il nous est impossible de déterminer si le Canada est aux prises avec une pénurie de main-d’œuvre, une inadéquation des compétences ou une pénurie de compétences.

Diverse group of professionals discussing project

Résumé

Chaque jour, les Canadiens et les Canadiennes font des choix qui influent sur leur carrière et leur vie, et les entreprises font des choix qui influent sur leurs organisations. Pour que leurs décisions soient bien éclairées, une information exacte, opportune et pertinente est nécessaire. Toutefois, les développements récents (y compris l’évolution technologique) ont créé des lacunes en matière d’information dans le domaine des compétences et des exigences relatives aux compétences pour les emplois. Même les compétences exigées pour de nombreux emplois traditionnels sont en train de changer, et les employeurs signalent des difficultés à trouver des travailleurs possédant les compétences requises pour occuper les postes vacants – tant dans les anciens secteurs que dans les nouveaux. De même, les travailleurs ont du mal à comprendre les compétences changeantes requises pour les emplois et souvent, ils ne possèdent pas les outils ni les connaissances nécessaires pour satisfaire à ces nouvelles exigences. Comment les travailleurs et les employeurs comprennent-ils ce marché du travail, qui est de plus en plus régi par la loi de l’offre et de la demande de compétences plutôt que par la qualification des diplômés?

Selon la plupart des mesures, l’économie et le marché du travail du Canada se portent bien, mais pour continuer à stimuler la prospérité et accroître les possibilités économiques, les décideurs politiques et les employeurs devront déterminer et mieux décrire les compétences nécessaires dans ce monde du travail dynamique. Bref, une architecture informationnelle plus robuste et plus perspicace autour des compétences s’impose.

Il faut améliorer la clarté des définitions et la mesure des compétences et faciliter l’accès à l’information sur les compétences demandées aujourd’hui et celles qui devraient être recherchées demain. Autrement, les chercheurs, les décideurs politiques et d’autres personnes ne peuvent pas définir ni mesurer les enjeux liés aux compétences sur le marché du travail.

Pourtant, la taxonomie à elle seule ne suffit pas. Pour que les travailleurs prospèrent et que les employeurs trouvent des talents, la taxonomie des compétences doit être reliée aux professions par le biais de la classification nationale des professions. Si les compétences et les emplois peuvent être mis en correspondance de cette façon, il sera possible de mieux comprendre les caractéristiques des travailleurs et des emplois.

À partir de là, toutes les approches possibles, y compris les nouvelles techniques de collecte des données massives, devraient être évaluées et utilisées pour mesurer les besoins en compétences du marché du travail. Emploi et Développement social Canada et Statistique Canada devraient gérer cette taxonomie et cette mise en correspondance pour en assurer la crédibilité, la rigueur et l’intégrité, car ces ministères fédéraux possèdent les connaissances et l’infrastructure statistique nécessaires pour réaliser ce travail.

Le succès économique continu du Canada repose sur sa capacité à améliorer les politiques et les programmes liés aux compétences. En particulier, il faut améliorer l’information sur les compétences et les besoins de formation des employeurs et des travailleurs, ce qui aidera notamment les établissements d’enseignement et autres prestataires de services de formation à se préparer et à mieux aider les travailleurs à naviguer dans le monde du travail changeant. L’information adéquate sur le marché du travail est au cœur de la résolution du casse-tête des compétences.

Télécharger le rapport

Pour de plus amples informations

Eglantine Ronfard
Responsable Communication
Centre des Compétences futures
Téléphone : 647 262 3706
Email : eglantine.ronfard@fsc-ccf.ca

Auteurs

Emna Braham

Économiste principale, Conseil de l’information sur le marché du travail

Emna Braham

Emna Braham s’est jointe au CIMT à titre d’économiste en vue d’évaluer l’état actuel de l’information sur le marché du travail canadien et de mener des recherches prospectives en collaboration avec les parties prenantes. Avant de se joindre au CIMT, Mme Braham était gestionnaire chez CIDE, une firme de service-conseil qui aide les gouvernements et les organismes internationaux dans les domaines du développement économique, de l’éducation et du développement de la main-d’œuvre.

Steven Tobin

Directeur exécutif, Conseil de l’information sur le marché du travail

Steven Tobin

Steven Tobin est directeur exécutif du Conseil de l’information sur le marché du travail (CIMT), dont le mandat est de veiller à ce que la population canadienne, les parties prenantes et les décideurs politiques disposent de l’information et des connaissances nécessaires pour réussir dans un monde du travail évolutif et dynamique. Avant de rejoindre le CIMT, M. Tobin a travaillé à l ’OCDE, à l’Organisation internationale du travail, ainsi qu’aux paliers fédéral et provincial.

Contenu connexe

Two woman, one sipping coffee, both are looking at a laptop screen

Petits et moyens employeurs (PME) : lacunes en matière de compétences futures

Les petites et moyennes entreprises représentent plus de 90 % des emplois dans le secteur privé. Pour être concurrentielles sur le marché d’aujourd’hui, elles ont besoin des bonnes personnes possédant les bonnes compétences. Toutefois, elles sont touchées de façon disproportionnée par la pénurie de main-d’œuvre et les lacunes en matière de compétences, situation aggravée par la COVID-19. Contrairement aux grandes sociétés, les PME composent avec des ressources limitées, ce qui rend la réponse aux besoins en matière de ressources humaines d’autant plus difficile.
Young boy working on robot project

Programmes d’études et réconciliation : Intégrer les points de vue des Autochtones dans les sciences de la maternelle à la 12e année

Le document d’analyse Intégrer les points de vue des Autochtones dans les sciences de la maternelle à la 12e année fait brièvement le portrait des programmes d’études en sciences dans tout le pays. Plusieurs provinces ou territoires intègrent du contenu, des perspectives et des modes de connaissance autochtones, tandis que d’autres n’ont pas encore inclus de références aux points de vue des Autochtones.
Group of women at a table working on their laptops

L’égalité économique dans un monde en évolution : éliminer les obstacles à l’emploi des femmes

Des mesures sont nécessaires pour réduire les obstacles liés au sexe. Le rapport présente un résumé des études existantes et des problématiques actuelles en matière d’égalité des sexes, dont les enjeux exacerbés par la COVID-19, ainsi que des questions qui devront faire l’objet d’études sur des initiatives visant à réduire les inégalités entre les sexes.