Polygon Created with Sketch. Blog

Les femmes autochtones s’épanouissent dans un programme de formation technologique dans le nord du Manitoba

Lorsque Brenda Bignell s’est inscrite pour la première fois à un programme de la ville de The Pas, au Manitoba pour améliorer ses compétences techniques, elle a dit qu’elle ne savait même pas où trouver le bouton d’allumage de l’ordinateur.

Depuis lors, cette femme autochtone, qui a survécu à la fameuse rafle des années 60, a perfectionné ses compétences dans le cadre d’un programme offert par le University College of the North et soutenu par le Centre des Compétences futures (CCF). Brenda a appris la technologie des réseaux et la conception de sites web, tout en développant une certaine assurance en elle-même et en ses possibilités d’avenir. 

« Je ne connaissais rien, absolument rien, aux ordinateurs, et j’ai eu peur au début, mais chaque jour est une aventure », dit-elle. « J’apprends tellement ! » 

Brenda est née dans le nord du Manitoba, au sein de la nation crie d’Opaskwayak. Comme de nombreux enfants autochtones dans les années 1960, elle a été retirée de son foyer et de sa famille à l’âge de 18 mois par des représentants du gouvernement. Elle a participé au retrait massif, ou « rafle », d’enfants autochtones dans le système de protection de l’enfance sans le consentement de leur famille ou de leur communauté. Elle a été adoptée par une famille américaine dans une petite ville du Minnesota. 

« Grandir là-bas a été très difficile pour moi », explique Brenda, 52 ans. « J’étais la seule personne autochtone dans une école composée que de personnes de race blanche. Je n’ai rien su de mes origines jusqu’à l’âge de 12 ans, quand on m’a dit : “Tu es une Indienne”. C’était très étrange pour moi, car je ne connaissais rien de tout cela là où je vivais. »

Des temps difficiles

L’expérience de Brenda avec sa famille adoptive a été difficile et elle a eu des difficultés à l’école. Au début de la vingtaine, elle a appris à mieux connaître son patrimoine et est revenue au Canada en 1994. Elle a ensuite reçu une carte de statut, une étape importante pour une personne arrachée à sa propre histoire autochtone. Pour la première fois, elle a rencontré son père biologique et d’autres membres de sa famille, et a appris qu’elle avait trois frères, un demi-frère et deux demi-sœurs.

À son retour, Brenda s’est installée dans la réserve de son lieu de naissance, à la ville de The Pas, où elle a vécu pendant six mois. « Je ne savais pas comment m’intégrer là-bas ni comment la vie était là-bas. J’avais le cœur et l’esprit d’une personne blanche, et personne ne m’acceptait pour ce que j’étais. C’était très dur pour moi. »

Brenda a ensuite déménagé à Winnipeg, une grande ville où elle ne connaissait personne. Elle a vécu dans une maison de chambres, survivant avec très peu d’argent provenant de l’aide sociale, puis s’est installée dans un foyer pour femmes après la fin de son second mariage. « C’était vraiment difficile. J’ai vécu à Winnipeg pendant 15 ans et j’ai vu beaucoup de choses difficiles qui ont changé ma vie. »

Malgré les difficultés, elle a appris à mieux se connaître et est devenue une personne plus mature. Elle a découvert qu’elle présentait un léger cas d’ensemble des troubles causés par l’alcoolisation fœtale (ETCAF), une pièce cachée du puzzle qui explique ses problèmes de compréhension de l’apprentissage. « J’ai suivi des cours et lu des livres pour en savoir plus sur le sujet, et j’ai appris à l’accepter et à ne pas en avoir honte. Maintenant, je sensibilise les élèves et le professeur à ce sujet. »

Retour aux études

En 2019, Brenda s’est rendue au Kelsey Learning Centre de la ville de The Pas, où elle s’est inscrite à un programme de trois ans pour obtenir son équivalence d’études secondaires pour adultes, bien qu’elle ait quitté l’école depuis 32 ans.

Après l’avoir achevé avec succès, elle s’est inscrite en juin 2021 à un projet du CCF qui forme des femmes issues de communautés nordiques et autochtones des régions reculées à des emplois dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC). Le projet de dix mois, intitulé « Une jeune main-d’œuvre du Nord entre dans le monde des TIC », vise à remédier à la pénurie de travailleurs techniques qualifiés dans le nord du Manitoba et l’est de la Saskatchewan, tout en permettant aux étudiants vivant dans la région de trouver un emploi rémunéré dans leur propre communauté grâce à l’apprentissage intégré au travail et à la certification de microcertifications. Plus de 30 participants se sont inscrits à ce jour au projet.

Désormais, Brenda peut démonter un ordinateur portable en panne, nettoyer les parties intérieures, résoudre les problèmes techniques, le réparer et le remonter. Avec le soutien (virtuel) du mentor de son programme, un professeur d’informatique de l’université de Waterloo, elle a également appris le Python, un langage de programmation informatique, et peut créer un site web à partir de rien. Elle et ses camarades de classe suivent un programme d’enseignement technologique le matin et assurent la maintenance des ordinateurs portables l’après-midi, où ils sont payés pour leur temps. 

« Je me souviens du jour où Brenda a eu le courage d’entrer dans mon école pour la première fois », raconte Tara Manych, consultante en innovations auprès de l’UCN et conceptrice du programme de formation sur le foin d’odeur (culture autochtone). « Elle était si timide et nerveuse qu’elle pouvait à peine me dire son nom. Trois ans plus tard, je vois une femme autochtone résiliente qui se lance dans la conquête du monde, et j’ai le privilège d’aider à la guider, elle et ses camarades de classe, dans ce processus. »

https://lh4.googleusercontent.com/pGi2S5rmvWOjybNbiA-n1gH31RPMmSLKJ6DnxihoHA9XDr3vjec2skqTAcvw8UAojhZTTJlxTOiWDYowQuLauQ0hKoKrtEyNTtTU32SB86StRm2ShtZSRKy5mwhvTpMjCbY7LqyN

Accompagner les apprenants de A à Z

Brenda est l’une des huit étudiantes du programme complet, lequel offre également un soutien global pour aider les étudiants à surmonter les nombreux obstacles qui empêchent les personnes du Nord de participer aux industries des TIC du Manitoba. Les diplômés qui réussissent reçoivent leurs titres de compétences en matière de réseaux par l’intermédiaire de la Cisco Networking Academy. 

« Tu ne peux pas devenir ce que tu ne vois pas », dit Tara. « Dans notre communauté, personne n’a jamais vu une femme autochtone faire de la technologie de réseau ou de la conception de sites web, mais ces femmes changent la donne et visent plus haut. Elles conquièrent le monde grâce à ceci et ce sera très puissant. »

Le programme est bien plus qu’un simple curriculum, ajoute Tara. Le mentorat, le conseil, les conférenciers, le transport et d’autres soutiens globaux, ainsi qu’une approche culturellement appropriée de l’enseignement et de l’apprentissage, qui inclut la narration orale, renforcent la composante des compétences.

« Aucune de ces femmes n’a eu une vie facile, mais grâce à ce programme, nous leur avons donné les moyens d’agir et elles ont pris en charge ce voyage », explique Tara.  « Nous n’acceptons pas l’échec. S’il y a un problème, nous revenons en arrière, nous comblons les lacunes et nous trouvons un moyen de faire en sorte que cela fonctionne pour chacun d’entre eux. Les femmes sont appréciées pour leurs parcours et leurs perspectives. Nous voulons nous assurer de leur protection, de leur éducation et de leur épanouissement. Si nous n’avions pas tout cela, nous n’aurions pas pu nous lancer. »

De nombreux défis, dont la pauvreté, les logements précaires ou dangereux, les problèmes de sécurité alimentaire, le manque de revenus, de moyens de transport ou de garderie, et l’absence de fiabilité de l’internet, font partie des obstacles auxquels sont confrontés les étudiants, et ce avant l’arrivée de COVID-19, explique Tara. « Cela a été une tempête parfaite avec tous les défis qui pouvaient se présenter à nous, mais je garantis que tout le monde terminera ce programme et sera compétent en matière de TIC. »

Changement de système par l’acquisition de compétences

Ce programme est un exemple clair de la façon dont le Centre des Compétences futures est axé sur le changement des systèmes afin de donner à toutes les Canadiennes et à tous les Canadiens les compétences nécessaires pour prospérer en offrant des parcours professionnels adaptés dans des secteurs clés. Le CCF a pour mission d’aider les gens à acquérir les compétences dont ils ont besoin pour prospérer sur un marché du travail en pleine évolution. Nous agissons comme des vecteurs de collaboration entre pairs parmi les praticiens du développement des compétences et les responsables politiques, en soutenant l’adoption et la réplication à l’échelle du secteur de pratiques prometteuses et de changements politiques.  De plus, nous sommes déterminés à créer une nation apprenante et résiliente qui donne à chacun les compétences nécessaires pour réussir et partager la prospérité du Canada.

Un programme qui transforme des vies

« Il n’existe aucun autre programme de ce type », déclare Tara, une éducatrice de longue date qui compte 23 ans d’expérience dans ce domaine. « Nous avons montré à ces femmes qu’elles pouvaient viser plus haut. Nous pouvons changer l’issue de leur vie et améliorer les communautés du Nord si nous pouvons poursuivre ce programme. »

« Nous sommes cette petite voix qui essaie de réaliser un exploit », ajoute-t-elle. « La réussite de ces femmes est l’aboutissement de l’œuvre de ma vie. Si nous pouvons transposer ce concept à d’autres endroits et programmes, le changement pour le Nord sera imparable. » 

La sororité de la tech

Tara et Brenda s’accordent à dire que le soutien mutuel et l’engagement des femmes sont essentiels à son succès. « Tout le monde est tellement positif et motivé !! C’est une sororité de la technologie ! » se réjouit Brenda. « J’ai commencé tout en bas de l’échelle et j’ai décidé de tenter ma chance dans quelque chose que je ne pensais pas vraiment pouvoir faire, et maintenant je travaille sur des ordinateurs. Cela m’a ouvert les yeux et j’en ai aimé chaque minute. »  

Pour Brenda, le programme a ouvert des portes. « Le fait de pouvoir déployer mes ailes et de profiter de tout cela est très agréable. Je suis tellement reconnaissante de tout le chemin que j’ai parcouru, avec l’aide de Tara, des enseignants et de mon mentor à chaque étape. Aujourd’hui, j’ai acquis une grande assurance en moi. » 

Les points de vue, les réflexions et les opinions exprimés ici sont ceux de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue, la politique officielle ou la position du Centre des Compétences futures ou de l’un de ses membres du personnel ou des partenaires du consortium.