Polygon Created with Sketch. Accueil | Recherche

Tirer parti des compétences des diplomés en sciences sociales et sciences humaines

Skills Next banner

Les Canadiens et Canadiennes comptent parmi les personnes les plus instruites de la planète. Mais reçoivent-ils l’éducation dont ils ont besoin – notamment dans les domaines des sciences sociales et humaines – pour améliorer leurs perspectives d’emploi dans le monde moderne du travail en constante évolution? Le présent rapport explore le niveau du « déficit de compétences » et cerne les enjeux et les solutions visant à doter les diplômés universitaires des outils nécessaires à la transition du statut d’étudiant à celui d’employé.

Téléchargez le rapport

Points importants

1

40 % des étudiants de premier cycle en sciences sociales et humaines reprennent leurs études dans l’année suivant l’obtention de leur diplôme, dont 15 % s’inscrivent dans un collège communautaire.

2

Le nombre impressionnant d’initiatives en cours témoigne du fait que les universités sont clairement intéressées à mieux répondre aux besoins des étudiants et des employeurs. Certes, des efforts déployés à ce jour progressent, mais comme le montre notre dernier rapport, il reste encore du travail à faire.

Young people having a Business meeting

Résumé

Les changements démographiques spectaculaires de ces dernières années, associés aux changements technologiques rapides, ont cristallisé l’attention sur l’avenir du travail et sur les compétences recherchées par les employeurs pour soutenir la croissance économique. Des études ont exploré la question des « emplois sans personnes » et des « personnes sans emploi » sous divers angles, certaines se concentrant sur le rôle des universités dans la préparation des diplômés au monde du travail.

Le présent rapport examine brièvement les recherches existantes sur les nouveaux besoins des employeurs et les perspectives d’emploi des diplômés universitaires (particulièrement dans le domaine des sciences sociales et humaines), avant de définir les approches visant à soutenir la transition des diplômés vers l’emploi. Bien que les débats persistent et que les résultats varient en fonction de la discipline et des groupes de population, des données factuelles semblent indiquer que les perspectives d’emploi des diplômés universitaires en sciences sociales et humaines sont meilleures que ce que certains laissent entendre – et, particulièrement, qu’elles s’améliorent au fil du temps.

Des données indiquent également que ce qu’il convient d’appeler le « déficit de compétences » est, en partie, une question de perception et de sémantique et qu’il faut travailler davantage pour élaborer des cadres permettant une compréhension mieux documentée et nuancée de la préoccupation exprimée par les employeurs. En même temps, elles révèlent de réels défis sur le plan de l’évaluation et de la reconnaissance, qui doivent être relevés. Dans la dernière section, le rapport passe en revue une série d’approches à la fois anciennes et innovantes pour améliorer les possibilités d’emploi des diplômés et faciliter leur transition vers le monde du travail. Certaines sont intégrées et proches de l’enseignement universitaire. Elles incluent des activités axées sur les programmes et les programmes d’études, des activités pédagogiques d’apprentissage intégré au travail, des activités de développement des compétences parascolaires et des services d’orientation professionnelle et de stages.

Nous concluons que malgré la prolifération de telles initiatives et la collaboration accrue entre les universités et les employeurs, nos connaissances sont au mieux parcellaires et les interventions doivent reposer sur des recherches supplémentaires. Nous avons notamment besoin :

  1. De plus d’informations sur la façon dont les universités répondent à la demande croissante d’amélioration de l’employabilité des diplômés;
  2. D’un état des lieux plus complet des programmes existants et de leurs principales caractéristiques;
  3. D’une meilleure évaluation des répercussions de ces programmes, ainsi que d’informations sur les personnes qui y participent et celles qui en bénéficient;
  4. D’une évaluation des répercussions particulières de ces programmes sur les groupes en quête d’équité;
  5. De cadres et de définitions communs des compétences, des capacités, des outils et des techniques;
  6. De la promotion accrue de la collaboration entre les établissements afin de mettre en commun les pratiques exemplaires, de reproduire et de renforcer ce qui fonctionne.

Téléchargez le rapport

Pour de plus amples informations

Eglantine Ronfard
Responsable Communication
Centre des Compétences futures
Téléphone : 647 262 3706
Email : eglantine.ronfard@fsc-ccf.ca

Auteurs

Sandra Lapointe

Sandra Lapointe

Sandra Lapointe est professeure agrégée de philosophie à l’Université McMaster et directrice de projet à la Collaborative (www.yourcollaborative.org), une initiative partenariale dont la mission consiste à favoriser une meilleure culture collaborative au niveau de l’enseignement, des compétences et des répercussions en matière de sciences humaines et sociales. Elle a obtenu son doctorat en philosophie à l’Université de Leeds (Royaume-Uni) en 2000. Ancienne étudiante du Commonwealth, boursière de la Fondation Humboldt, et adjointe de recherche au Bertrand Russell Research Centre, ses travaux scientifiques et ses livres portent sur l’histoire de l’étude philosophique de la logique, de l’esprit et du langage. Elle est l’un des rédacteurs en chef adjoints et fondateurs du Journal for the History of Analytical Philosophy et sa rédactrice en chef actuelle des éditions spéciales. Elle est une ancienne présidente de l’Association canadienne de philosophie et l’un des administrateurs du Conseil d’administration de la Fédération des sciences humaines.

Jonathan Turner

Jonathan Turner

Jonathan Turner est le cofondateur et l’actuel president sortant du Graduate and Postdoctoral Development Network. Ces sept dernieres annees, ii a travaille dans !’administration universitaire, principalement avec des etudiants de cycle superieur et des chercheurs postdoctoraux, afin de les aider a envisager les carrieres qui correspondent a leurs experiences universitaires, a developper des strategies, et a postuler des postes. II con􀀄oit et elabore des programmes, dirige des ateliers et des seances de conseil de groupe, se concerte avec les membres du corps enseignant et du personnel, et rencontre individuellement les etudiants et les chercheurs postdoctoraux. II est titulaire d’un baccalaureat en philosophie et histoire de l’Universite York, d’un baccalaureat en physique de l’Universite de Waterloo, et d’une maitrise et d’un doctorat en histoire et philosophie des sciences et des technologies de l’Universite de Toronto.

Contenu connexe

Two woman, one sipping coffee, both are looking at a laptop screen

Petits et moyens employeurs (PME) : lacunes en matière de compétences futures

Les petites et moyennes entreprises représentent plus de 90 % des emplois dans le secteur privé. Pour être concurrentielles sur le marché d’aujourd’hui, elles ont besoin des bonnes personnes possédant les bonnes compétences. Toutefois, elles sont touchées de façon disproportionnée par la pénurie de main-d’œuvre et les lacunes en matière de compétences, situation aggravée par la COVID-19. Contrairement aux grandes sociétés, les PME composent avec des ressources limitées, ce qui rend la réponse aux besoins en matière de ressources humaines d’autant plus difficile.
Young boy working on robot project

Programmes d’études et réconciliation : Intégrer les points de vue des Autochtones dans les sciences de la maternelle à la 12e année

Le document d’analyse Intégrer les points de vue des Autochtones dans les sciences de la maternelle à la 12e année fait brièvement le portrait des programmes d’études en sciences dans tout le pays. Plusieurs provinces ou territoires intègrent du contenu, des perspectives et des modes de connaissance autochtones, tandis que d’autres n’ont pas encore inclus de références aux points de vue des Autochtones.
Group of women at a table working on their laptops

L’égalité économique dans un monde en évolution : éliminer les obstacles à l’emploi des femmes

Des mesures sont nécessaires pour réduire les obstacles liés au sexe. Le rapport présente un résumé des études existantes et des problématiques actuelles en matière d’égalité des sexes, dont les enjeux exacerbés par la COVID-19, ainsi que des questions qui devront faire l’objet d’études sur des initiatives visant à réduire les inégalités entre les sexes.