Polygon Created with Sketch. Accueil | Recherche

Combler le fossé générationnel : Les compétences numériques dans les métiers spécialisés

Les métiers spécialisés connaissent une révolution numérique. Les travailleurs devront posséder diverses compétences numériques pour suivre l’évolution du travail.

Les jeunes qui accèdent aux métiers spécialisés arrivent dans des salles de classe et des milieux de travail en proie à des perturbations sociales et technologiques. Ces changements sont exacerbés par des modèles de formation et d’évaluation désuets et par des obstacles structurels persistants à l’acquisition de compétences numériques.

Points importants

1

L’amélioration des compétences numériques sera un facteur déterminant qui permettra d’adapter les métiers spécialisés du Canada en fonction de l’avenir du travail.

2

Les différences générationnelles entre travailleurs jeunes et plus âgés retardent le changement.

3

Les gens de métier devront posséder sept compétences numériques élémentaires : technique, gestion de l’information, communication numérique, collaboration virtuelle, créativité, pensée critique et résolution de problèmes dans les environnements numériques.

Résumé

Au Canada, les travailleurs spécialisés reçoivent généralement leur formation sous forme d’apprentissage. Ces programmes comportent environ 80 % d’apprentissage intégré à l’emploi et 20 % de formation en classe dans un institut technique (collège, syndicat, institut privé, par exemple). Mais la prochaine génération de travailleurs qualifiés utilisera des technologies et des compétences numériques qui n’existent pas encore et ne sont pas encore enseignées.

C’est pourquoi nous analysons comment la formation d’apprentis au Canada peut s’adapter en fonction de l’avenir du travail en posant les questions suivantes :

  • De quelles compétences numériques les gens de métier auront-ils besoin pour s’adapter aux changements dans leur secteur d’activité ?
  • Dans quelle mesure les intervenants (apprentis, ouvriers qualifiés, employeurs et enseignants, par exemple) perçoivent-ils les compétences numériques comme une priorité pour s’assurer que leur métier suive l’évolution de l’avenir du travail ?
  • Quels sont les obstacles auxquels les gens de métier – des apprentis aux compagnons titulaires d’un certificat – sont confrontés dans l’apprentissage des compétences numériques ?

Pour répondre à ces questions, nous nous sommes entretenus avec 175 intervenants en apprentissage de partout au Canada. Nous avons fait appel à des gens de métier, des enseignants, des employeurs et d’autres intervenants des secteurs de l’automobile, de la construction, de la fabrication et de la restauration.

Nous avons constaté qu’il existait un fossé générationnel. La main-d’œuvre spécialisée canadienne vieillit plus rapidement que la main-d’œuvre titulaire d’un diplôme universitaire. Selon le Forum Canadien Sur L’Apprentissage, on prévoit que le départ à la retraite des gens de métier plus âgés et la baisse du taux d’activité contribueront à la pénurie de main-d’œuvre qui frappera de nombreux secteurs. Parallèlement, le nombre de nouvelles inscriptions dans les programmes d’apprentissage a diminué ces dernières années. Face à ces tendances, plusieurs initiatives sont en cours pour recruter des jeunes dans les métiers.

Toutefois, les jeunes qui accèdent aux métiers spécialisés se retrouvent dans des salles de classe et des milieux de travail en proie à des perturbations sociales et technologiques. Ces changements sont exacerbés par des modèles de formation et d’évaluation obsolètes et par des obstacles structurels persistants à l’acquisition de compétences numériques.

Les jeunes débutants qui pratiquent des métiers spécialisés doivent relever des défis que ni eux ni leurs mentors n’ont connus auparavant. À mesure que les apprentis et les compagnons s’adapteront à ces changements, ils devront détenir une série de compétences numériques liées à l’apprentissage continu. Au-delà des compétences techniques, les gens de métier devront posséder une gamme élargie de compétences numériques, notamment en matière de créativité, de collaboration et de gestion de l’information, afin de suivre l’évolution des métiers spécialisés.

Contenu connexe

An image of the northern lights.

Au-delà de l’emploi atypique : gagne-pain durables pour les Autochtones du Nord du Canada

Ce projet de recherche vise à comprendre pourquoi les travailleurs autochtones du Nord du Canada ont tendance à occuper des emplois saisonniers ou à temps partiel et quels parcours professionnels et services de soutien peuvent les aider à trouver un moyen de subsistance plus durable.
Two woman, one sipping coffee, both are looking at a laptop screen

Petits et moyens employeurs (PME) : lacunes en matière de compétences futures

Les petites et moyennes entreprises représentent plus de 90 % des emplois dans le secteur privé. Pour être concurrentielles sur le marché d’aujourd’hui, elles ont besoin des bonnes personnes possédant les bonnes compétences. Toutefois, elles sont touchées de façon disproportionnée par la pénurie de main-d’œuvre et les lacunes en matière de compétences, situation aggravée par la COVID-19. Contrairement aux grandes sociétés, les PME composent avec des ressources limitées, ce qui rend la réponse aux besoins en matière de ressources humaines d’autant plus difficile.
Family of indigenous Canadians

Portrait de la situation : l’acquisition de nouvelles compétences et l’emploi chez les Autochtones au Canada

Les entreprises autochtones gagnent en force et, plus important encore, créent des emplois pour d’autres membres de leur communauté. De plus, le travail indépendant et l’entrepreneuriat gagnent en popularité. Ainsi, s’il y a une possibilité pour la prochaine génération et pour les travailleurs adultes d’aujourd’hui de faire un bond dans l’avenir du travail au Canada, cela pourra se bien passer grâce aux entreprises dirigées par les Autochtones.
Afficher toute la recherche