RAPPORT DE PERSPECTIVES DE PROJET

Programme De Formation On The Frontlines of Crisis

Weston Frontlines Centre

Secteurs en Transition, Parcours vers l’emplois

SOMMAIRE

Pendant la pandémie de COVID-19, la demande de services de production et de distribution de denrées alimentaires de la part du secteur associatif a augmenté, ainsi que le besoin de travailleurs détenant une combinaison adéquate de compétences pour répondre à cette demande. Par conséquent, le Weston Frontlines Centre a créé le programme de formation hybride Frontlines of Crisis qui, sur une période de 15 semaines, prépare les jeunes à acquérir les compétences nécessaires à la production et à la distribution de denrées alimentaires dans le secteur associatif.

Le programme a été conçu en consultation avec des jeunes et des partenaires communautaires. Sa cohorte initiale comptait 11 participants. Près des trois quarts des participants ont trouvé une occasion auprès d’un organisme de services communautaires après la formation. Les six participants qui ont achevé leur stage ont fait état de résultats largement positifs, notamment d’une plus grande confiance en leurs compétences culinaires et en leurs connaissances du travail social. Les répondants ont également acquis des compétences transférables au cours de leurs stages. Il s’agissait d’occasions d’apprentissage et d’épanouissement personnel précieuses. Toutefois, des obstacles personnels et sociaux, comme les difficultés financières et les problèmes de santé mentale, se sont répercutés négativement sur les résultats de certains stagiaires.

Ce projet est crucial, car la demande de production et de distribution de denrées alimentaires dans le secteur associatif risque de rester élevée, tandis que les niveaux d’insécurité alimentaire continuent de grimper. Les bailleurs de fonds des organismes de services communautaires feraient bien de chercher à épauler des programmes de formation continue à l’intention des travailleurs dont ils ont besoin, tout en examinant la façon dont le financement peut appuyer le recrutement et le maintien en poste des travailleurs dans ce secteur, en offrant une meilleure qualité de travail.

DATE DE PUBLICATION

Mai 2024

PARTENAIRE

Weston Frontlines Centre

EMPLACEMENTS

Ontario

FONDS VERSÉS

$92,139


PERSPECTIVE CLÉ N°
1

Il est essentiel d’aplanir les obstacles personnels et sociaux, comme les difficultés financières et les problèmes de santé mentale, de manière à veiller à ce que ces défis n’entravent pas les progrès et les résultats positifs des participants, en particulier en travaillant avec des populations marginalisées.


PERSPECTIVE CLÉ N°
2

La souplesse et la résilience sont essentielles aux équipes chargées de l’exécution des programmes, notamment lorsqu’elles mettent à l’essai de nouvelles solutions qui leur permettent de s’adapter aux défis relatifs à la mise en œuvre et aux nouveaux besoins des clients.


PERSPECTIVE CLÉ N°
3

La mobilisation précoce, systématique et ciblée des parties prenantes est cruciale à l’adoption de processus de consultation efficaces et à l’exploitation de stratégies d’action solidaire pour recruter des participants.

L’enjeu

Les effets perturbateurs de la pandémie de COVID-19 se sont traduits par une perte de travailleurs et d’entreprises dans le secteur culinaire et une augmentation de la demande de services communautaires solidaires, surtout dans le domaine de la production et de la distribution de denrées alimentaires. Les organismes chargés de coordonner la production et la distribution de denrées alimentaires aux personnes dans le besoin pendant la pandémie recherchaient des travailleurs disposant d’une combinaison adéquate de compétences dans les domaines du travail social, de l’alimentation et de la santé afin qu’elles apportent leur soutien dans les cuisines communautaires et les services de soins de santé.

Le Weston Frontlines Centre, un organisme d’encadrement des jeunes dans le quartier York-South Weston de Toronto qui propose depuis plus de cinq ans des programmes culinaires destinés avant tout aux jeunes Noirs, constatait une augmentation de la demande pour ses services, comme la préparation de repas emballés pour les organismes communautaires qui ne disposent pas de leurs propres cuisines.

Ce que nous examinons

Pour répondre à la demande, ce projet a mis au point et lancé le programme de formation Frontlines of Crisis qui avait pour vocation de cultiver les compétences essentielles en préparation et en distribution de denrées alimentaires aux populations dans le besoin, et auprès des organismes sans but lucratif. Le programme espérait ainsi augmenter l’employabilité des jeunes participants âgés de 15 à 29 ans et répondre à la demande locale de ces compétences, exacerbée par la pandémie.

Le programme cherchait à créer un programme de formation hybride de 15 semaines offrant des soutiens aux jeunes participants à la recherche d’emploi pour qu’ils trouvent des places au sein des organismes de services communautaires.

Le programme comprenait :

  • La cartographie des infrastructures communautaires
  • Une action communautaire solidaire
  • Les premiers secours en matière de santé mentale
  • La collecte de fonds
  • Le suivi, la collecte et l’analyse des données
  • La salubrité et la sécurité des aliments et du milieu, y compris un assainissement adéquat
  • La préparation des aliments : bon maniement des couteaux
  • Un certificat en manipulation des aliments
  • La RCR
  • La formation au Système d’information sur les matières dangereuses utilisées au travail

Les participants ont reçu aussi environ 1 600 dollars pour leur participation, soit 50 dollars par jour payés deux fois par semaine afin d’alléger le fardeau financier et le temps passé sans emploi.

Les activités du projet incluaient des groupes de discussion avec 37 jeunes et 11 partenaires du secteur de la santé et du milieu associatif dans le but de comprendre davantage les besoins de la population cible et de contribuer à la création du programme de formation. La plupart des participants ont d’abord eu vent des groupes de discussion grâce aux actions de sensibilisation, y compris par l’intermédiaire des 11 partenaires, plutôt que par les efforts de marketing sur les médias sociaux.

Ce Que Nous Apprenons

Onze jeunes ont participé à la formation – 64 % (7) étaient racisés, 91 % (10) étaient des femmes et 18 % (2) appartenaient à la communauté LGBTQ2S+. Les 11 participants ont reçu leur certificat de secourisme d’urgence, de soins immédiats en réanimation et du SIMDUT. Sur les 11 participants, 73 % (8) ont pu obtenir une place, mais 25 % d’entre eux (2) n’ont pas pu terminer leur stage en raison d’un manque de soutien financier. Le projet a offert quelques incitations financières aux participants, mais le personnel du projet a finalement estimé que le montant était insuffisant pour couvrir les coûts de certains participants.

Six participants qui ont réussi à achever leur stage font état d’une plus grande confiance en leurs compétences culinaires (applicables également à leur vie personnelle) et en leur travail au sein des services sociaux après le stage. Les six répondants ont également estimé que le stage leur avait offert des occasions d’apprentissage et d’épanouissement personnel. Les répondants ont souligné l’amélioration de leurs compétences en gestion du temps, en animation des séances, en compréhension de la santé mentale, en communication et en cartographie communautaire. Il s’agit de compétences transférables qu’ils ont utilisées auprès d’organismes communautaires.

Difficultés en matière de recrutement.

La quasi-totalité des jeunes qui ont participé aux groupes de discussion a exprimé leur intérêt pour le programme, mais seuls 11 d’entre eux s’y sont inscrits au moment de son lancement, soit une baisse de 69 % par rapport à l’objectif initial de 15 participants. Les retards dans la mise en œuvre du programme et les problèmes de marketing ont posé des difficultés à l’équipe et ont peut-être contribué à ce déclin. L’équipe de projet a souligné l’importance d’une mobilisation précoce et constante et de la mise en évidence de la valeur et des objectifs du projet afin de stimuler la participation.

Obstacles à la réussite.

Les obstacles personnels et sociaux, notamment les difficultés financières, l’itinérance, l’insécurité alimentaire, les problèmes d’immigration et les problèmes de santé mentale, ont eu une incidence sur beaucoup de participants au programme et sur leurs résultats. Le personnel du projet a investi des efforts pour offrir aux participants un soutien plus global comprenant le bien-être personnel, social et mental, et ce, pendant et après la formation.  Selon l’équipe, ces adaptations ont contribué aux résultats positifs des participants en aplanissant les obstacles qui entravent le rendement et le potentiel des stagiaires. La capacité de l’équipe du projet à cerner les besoins des participants et à y répondre, ainsi que la portée de l’administration du programme nécessaire pour y répondre, a entraîné aussi un renforcement considérable des capacités au sein de l’équipe du projet.

Pourquoi c’est Important?

Quatre ans après le début de la pandémie, l’insécurité alimentaire reste un besoin de taille à Toronto. En effet, les banques alimentaires de la ville enregistrent une augmentation de leur clientèle d’une année à l’autre. La banque alimentaire Daily Bread estime qu’en 2023, 1 personne sur 10 à Toronto comptait sur les banques alimentaires pour joindre les deux bouts, contre 1 sur 20 en 2022. Les organismes de services communautaires continuent de faire face à une forte demande de nourriture de la part de leurs clients. C’est ce qui a poussé nombre d’entre eux à continuer d’offrir des services alimentaires pendant la pandémie. Compte tenu de ces tendances, il est attendu que la demande de travailleurs possédant une combinaison de compétences en matière de production et de distribution de denrées alimentaires dans un milieu associatif soit constante.

Les bailleurs de fonds des services communautaires devraient réfléchir à la manière de soutenir les programmes de perfectionnement des compétences qui forment des travailleurs pour le secteur à même de procurer des services essentiels au bien-être de la communauté. Un sondage récent sur les organismes sans but lucratif de l’Ontario a montré que les deux tiers de ces organismes sont confrontés à des problèmes de dotation en personnel. Davantage de programmes de soutien sont nécessaires pour garantir que les travailleurs disposent des compétences nécessaires et que les organismes communautaires sont en mesure de leur offrir une bonne qualité de travail – un objectif qui dépend en grande partie des paramètres de financement.

Prochaines Étapes

Après la première cohorte du programme d’accélérateur du Centre des compétences futures, l’équipe de Weston a peaufiné la conception et le contenu du programme. Au nombre des ajustements notables figurent la prolongation de la formation de deux à quatre jours (un jour en ligne, trois jours en personne) et l’augmentation du nombre d’heures de stage de 16 à 80 heures. Ces modifications visaient à améliorer les occasions d’apprentissage et de pratique pour les étudiants et étudiantes. Une deuxième cohorte était censée les mettre à l’essai plus tard en 2023.

Weston Frontlines Centre continue d’offrir des programmes de formation aux jeunes du quartier York-South Weston.

Plus du CCF

three people working at laptops

Transformer l’acquisition des compétences et des talents dans le domaine de la cybersécurité au Canada

Rapport de perspectives de projet Transformer l’acquisition des compétences et des talents dans le domaine…

Young girl with headphones using a bandsaw in woodworking class.

Autonomiser les jeunes mamans du Nord du Manitoba

Les jeunes mamans tirent profit d’une exploration de carrière, d’un perfectionnement et d’un renforcement des…

Three indigenious women smiling and sitting in front of a laptop in a cafe setting.

Le Carrefour d’emploi autochtone

Le Carrefour peut aider à combler les besoins en main-d’œuvre pour de futurs projets (infrastructures)…

View more