Female instructor holding hardhat and explaining occupational safety rules to workers sitting at table

rapport de PERSPECTIVES DE PROJET

Gauging the Potential of Occupational Pluralism in Rural Atlantic Canada

Économie inclusive

SOMMAIRE

Le vieillissement de la population pose des problèmes de main-d’œuvre partout au pays, de nombreux professionnels devant prendre leur retraite au cours de la prochaine décennie, tandis que les jeunes ne sont pas assez nombreux pour les remplacer. Les défis à relever dans les Maritimes sont toutefois importants, et certains sont propres à la région. En particulier, la nature saisonnière de nombreuses industries rurales dans les Maritimes fait qu’il est plus difficile pour les employeurs de rivaliser avec les travailleurs qui cherchent un emploi à l’année et des revenus plus élevés. Dans la mesure où le personnel occupant des emplois saisonniers est inactif pendant les saisons creuses, sa contribution à l’économie globale de la région n’est pas à la hauteur de son potentiel. 

Ce projet a évalué la contribution potentielle d’un pluralisme professionnel saisonnier élargi et modernisé – où la main-d’œuvre combine différents emplois à différentes périodes de l’année pour générer ses revenus annuels – pour relever les défis de l’offre de main-d’œuvre auxquels sont confrontées les industries rurales saisonnières dans les Maritimes. Le projet a également défini des options politiques et des programmes visant à encourager ou à permettre un plus grand pluralisme professionnel saisonnier, ce qui permettrait à ces travailleurs d’être employables tout au long de l’année et d’accroître leur contribution et leur engagement dans l’économie.

COLLABORATEUR

Stacey Young,
Conseillère stratégique au CCF

DATE DE PUBLICATION

Août 2023

PARTENAIRE

Higher Education Strategy Associates

EMPLACEMENTS

Atlantic Canada

FONDS VERSÉS

$188,708.00

PERSPECTIVE CLÉ N° 1

Environ 12 % de la main-d’œuvre du Canada atlantique occupait un emploi saisonnier en 2022. Le travail saisonnier est plus fréquent chez les hommes, les jeunes travailleurs et les travailleurs sans diplôme universitaire.

PERSPECTIVE CLÉ N° 2

Au moins 6,5 % de la main-d’œuvre du Canada atlantique pratique le pluralisme professionnel saisonnier, le taux le plus élevé étant de 9,3 % dans l’Île-du-Prince-Édouard.

PERSPECTIVE CLÉ N° 3

L’augmentation du pluralisme professionnel saisonnier dans les Maritimes pourrait ajouter l’équivalent de 20 966 professionnels à temps plein.

two farmers working in a field

L’enjeu

La taille de la population active rurale des Maritimes a diminué au cours de la dernière décennie, tandis que le nombre de professionnels plus âgés a augmenté. Comme dans d’autres régions du pays, ces professionnels ont déjà commencé à quitter le marché du travail en grand nombre et il n’y a pas assez de jeunes pour les remplacer, une tendance qui va continuer à s’aggraver. 

Déjà, les taux d’emplois à combler les plus élevés dans les Maritimes se trouvent dans les régions essentiellement rurales. Ces tendances sont particulièrement préoccupantes dans les industries rurales saisonnières clés. La région maritime dans son ensemble, et en particulier ses régions rurales, s’est fortement appuyée sur les industries de production primaire saisonnières et leurs exportations de produits semi-transformés, ainsi que sur le tourisme. Ces secteurs se caractérisaient par une offre excédentaire persistante de main-d’œuvre semi-qualifiée et par des modèles de production à forte intensité de main-d’œuvre reposant sur cette main-d’œuvre bon marché facilement disponible. La situation est toutefois en train de changer. 

Les politiques publiques, les règlements, les programmes et les services doivent être mis à jour et innovés pour répondre aux nouvelles demandes des industries rurales saisonnières des Maritimes. La croissance de la population, la résurgence de l’agriculture et les tendances démographiques se combinent pour créer un environnement qui exige un changement radical des politiques publiques. Le pluralisme professionnel saisonnier – lorsque la main-d’œuvre combine différents emplois à différents moments de l’année pour générer des revenus annuels – est une solution prometteuse pour relever ces défis interdépendants.

Fishermen and scientists bring in trawler net on deck of research ship

Ce que nous examinons

Ce projet a étudié l’ampleur des problèmes d’offre de main-d’œuvre auxquels sont confrontées les communautés rurales et les industries saisonnières des Maritimes, tel que la pêche et la récolte du poisson, et dans quelle mesure l’augmentation du pluralisme des professions saisonnières pourrait répondre à ces problèmes. Le projet a utilisé plusieurs ensembles de données de Statistique Canada et d’enquêtes par panel pour produire des estimations de l’ampleur de l’emploi saisonnier et du pluralisme professionnel saisonnier dans les Maritimes à l’heure actuelle, ainsi que des avantages potentiels d’une augmentation de l’emploi saisonnier à l’avenir. 

Le projet a également mené des recherches politiques et des entretiens avec des experts afin d’étudier le pluralisme professionnel saisonnier comme moyen de remédier aux pénuries de main-d’œuvre dans les industries saisonnières essentielles et d’augmenter l’offre de main-d’œuvre dans les communautés rurales, en offrant des moyens de subsistance plus attrayants pour la main-d’œuvre locale et les immigrés. Le projet a examiné les options de politique et de programme concernant la qualité de l’emploi saisonnier, l’assurance-emploi, l’éducation et la formation, ainsi que l’immigration, afin de mieux permettre et encourager le pluralisme des professions saisonnières.

Ce que nous apprenons

Environ 12 % de la main-d’œuvre au Canada atlantique occupait un emploi saisonnier en 2022, ce taux étant à peu près stable depuis 2013. 

Le projet a permis de classer la main-d’œuvre saisonnière des Maritimes en cinq groupes :

  • La main-d’œuvre à long terme et à bas salaire qui tend à être plus âgée et à dépendre depuis longtemps de l’assurance-emploi.
  • Les commerçants et les artisans qui ont tendance à avoir un niveau plus élevé de compétences transférables et à être indépendants.
  • Les gestionnaires d’entreprise non techniques qui ont tendance à travailler dans des entreprises liées au tourisme ou dans des fonctions de soutien telles que les ressources humaines et la comptabilité dans d’autres secteurs. 
  • Les experts professionnels et techniques avancées qui ont tendance à être hautement qualifiés, éduqués et à gagner des revenus plus élevés. 
  • Les étudiants qui ont tendance à travailler dans des emplois d’été, à temps partiel, pendant leurs études ou immédiatement après l’obtention de leur diplôme. 

Au moins 6,5 % de la main-d’œuvre du Canada atlantique pratique le pluralisme professionnel saisonnier, le taux le plus élevé étant de 9,3 % à l’Île-du-Prince-Édouard. Les paires précises de professions plurielles sont particulièrement fréquentes dans les pays suivants :

  • Industrie manufacturière et agriculture, sylviculture, pêche. 
  • Secteur minier, pétrolier, services publics, construction et agriculture, sylviculture et pêche. 
  • Loisirs, alimentation, commerce de gros, commerce de détail, commerce et transport.
  • Éducation, santé, assistance sociale et loisirs.

Le projet a estimé que l’augmentation du pluralisme professionnel saisonnier pourrait ajouter quelque 1,1 million de semaines de travail à temps plein dans les Maritimes, soit l’équivalent de 20 966 travailleurs à temps plein supplémentaires si l’on tient compte d’une année de 52 semaines. Le projet a identifié les secteurs de la construction et du camionnage comme des activités plus régulières qui pourraient favoriser un pluralisme professionnel plus saisonnier, permettant aux travailleurs de continuer à travailler dans des secteurs saisonniers pendant les saisons de pointe.

Le projet a exploré quatre domaines dans lesquels un changement de politique peut favoriser un pluralisme professionnel plus saisonnier :  

  • Améliorer la qualité de l’emploi saisonnier en établissant les droits de la main-d’œuvre saisonnière par le biais de la législation et de la réglementation, en renforçant la coordination entre les employeurs pour partager leur main-d’œuvre, en offrant aux travailleurs saisonniers des avantages transférables et en améliorant la gestion des ressources humaines dans les industries saisonnières, en mettant l’accent sur l’ÉDI et la sécurité. 
  • Adapter l’assurance-emploi à l’évolution de l’économie rurale en réformant le programme existant afin de renforcer les incitations au pluralisme des professions saisonnières sans compromettre les besoins des personnes les plus vulnérables. Ou encore, en envisageant la création d’un programme distinct de soutien à l’emploi de la main-d’œuvre saisonnière, qui répondrait mieux aux besoins des travailleurs saisonniers.
  • Éduquer et former la main-d’œuvre spécifiquement pour le pluralisme professionnel saisonnier, qui exige souvent qu’une personne acquière des compétences dans plus d’un domaine de travail et qu’elle dispose d’une forte capacité d’apprentissage et d’adaptation. Les organismes d’éducation et de formation des Maritimes ont jusqu’à présent déployé peu d’efforts pour soutenir le développement de cette polyvalence, se concentrant davantage sur les compétences requises pour les carrières dans les emplois à l’année. 
  • Développer le recrutement d’immigrants internationaux ayant des compétences et des aspirations adaptées aux carrières dans les industries rurales saisonnières, car actuellement la plupart des programmes d’immigration ne sont pas conçus pour répondre aux défis fondamentaux et à long terme en matière d’offre de main-d’œuvre et de population auxquels sont confrontées les régions rurales, la plupart d’entre eux étant clairement axés sur le travail à temps plein et à l’année.

Pourquoi c’est important

Bien que les pressions démographiques persistent, les industries saisonnières ont contribué à hauteur de 4,3 milliards de dollars et ont employé 88 000 travailleurs dans les Maritimes en 2021. Les secteurs traditionnels des Maritimes reprennent de la vigueur, tandis que de nouveaux développements à grande échelle prennent rapidement forme dans le domaine de l’énergie et dans d’autres secteurs. Les nouveaux marchés, en particulier en Asie, ont créé de nouvelles opportunités pour les industries traditionnelles, notamment les secteurs de la pêche et de l’agriculture, alors même que la crise climatique et la concurrence géopolitique ont augmenté la valeur de ces actifs et d’autres actifs régionaux en Amérique du Nord. 

Ce projet fournit des données détaillées sur le marché du travail, spécifiques à l’industrie et à la région, afin d’éclairer la prise de décision des parties prenantes dans les Maritimes. Les résultats de la recherche offrent aux décideurs politiques, à l’industrie et aux prestataires d’éducation et de formation concernés par l’offre de main-d’œuvre dans les communautés rurales et les industries saisonnières un ensemble d’options politiques qu’ils n’auraient probablement pas envisagées auparavant.

Plus de recherches du CCF

Qui utilise l’intelligenceartificielle générative dansl’enseignement supérieur?

Dans cette recherche, nous analysons les résultats d’une enquête menée auprès de 2 401 étudiants…

L’embauche verte: Analyse de la demande de compétences écologiques au Canada

Ce rapport de données analyse la demande de compétences vertes au Canada. Il évalue la…

Des compétences pour des milieux de travail inclusifs et l’avancement des peuples autochtones

Cette étude a mené des entrevues approfondies avec 25 dirigeantes et dirigeants des Premières Nations,…