Le réseau de « double regard »

Ce réseau vise à combler le fossé entre les jeunes Autochtones et l’industrie en Colombie-Britannique en éliminant les obstacles, en réduisant les conséquences des interruptions comme la COVID-19 et en établissant des trajectoires résistantes aux chocs pour l’emploi futur de ces jeunes. Le réseau comprend des collectivités autochtones, des responsables d’industries, des experts en perfectionnement de la main-d’œuvre et en développement social, et des fournisseurs de services d’éducation et de formation.

Les compétences de l’avenir représentent la préoccupation numéro un de toute personne participant au perfectionnement de la main-d’œuvre. En quoi consistent ces compétences? Qui se lancera pour pourvoir ces postes? Comment, en tant que société, pouvons-nous nous montrer inclusifs et pertinents par rapport aux jeunes Autochtones en Colombie-Britannique qui cherchent à accéder à ces possibilités? Le réseau Two-Eyed Seeing traite de ces défis et formule des solutions dans une perspective à la fois occidentale et autochtone – en mélangeant les nouvelles technologies, normes et pratiques et les manières de faire qui célèbrent la personne dans son ensemble et son interconnexion avec la terre et les autres – en se concentrant sur les secteurs qui seront fortement recherchés dans l’avenir comme les technologies propres, l’énergie propre, l’extraction et le traitement des ressources naturelles, le transport maritime, le cadre bâti et la fabrication.

Young woman sitting outside smiling.

Le Centre des compétences futures investit la somme de 796 813 $ dans ce projet d’une durée de deux ans. Les fournisseurs de services d’éducation et de formation ont besoin d’avoir accès aux représentants des communautés autochtones et de l’industrie afin de rendre possible la création de programmes efficaces qui rapprochent les intérêts de chacun tout en apportant des réponses aux enjeux naissants. Les liens entre l’industrie et les populations autochtones demeurent sous-développés malgré de nouvelles possibilités économiques. Cet écart est accru par la COVID-19 dans la mesure où les collectivités ont des difficultés à maintenir les services et à assurer la sécurité des personnes.

Bien que les jeunes Autochtones peuvent représenter une source importante de main-d’œuvre, ils sont principalement non impliqués – tenus à l’écart des discussions sur les compétences et formations de l’avenir. L’industrie connaît leur potentiel et comprend leur valeur pour remédier aux futures pénuries de compétences. L’évolution permanente des compétences futures aggrave le défi en rendant la contribution de l’industrie aux nouvelles technologies et aux nouveaux processus essentielle pour créer des programmes et garantir que les formations correspondent aux demandes de l’industrie.

Evaluation

Ce projet sera évalué à l’aide d’outils et de méthodes qui concordent avec ses objectifs, son contexte et son stade de développement. L’évaluation mettra l’accent sur la production de données probantes pertinentes et au bon moment, afin de faire progresser l’intervention. Lisez-en plus sur notre stratégie d’évaluation.

Projets en vedette

Supervios

Modèles de pratiques exemplaires pour la mobilisation de l’industrie

Première mise à l’essai au Canada de l’outil VALID-8 en ligne qui donne aux apprentis…
Two energy workers handling large machinery

Compétences transférables dans le secteur de l’énergie

Aider les travailleurs du secteur pétrolier et gazier au chômage ou sous-employés à faire la…
Person standing at a counter and working on their laptop

Faire face au défi de la transformation numérique dans le secteur des assurances : femmes au travail

Projet de recherche-action sur l’avenir des travailleuses faisant face à l’automatisation de leurs tâches dans…
Afficher tous les projets