Rapport De PERSPECTIVES DE PROJET

Poser les fondations : Maturité technologique du secteur canadien de la construction

Adaptabilité des PME

SOMMAIRE

Le secteur canadien de la construction est à la traîne par rapport à d’autres grandes industries en ce qui concerne l’adoption globale et les attitudes culturelles à l’égard des nouvelles technologies sur le lieu de travail, ce qui se traduit par une productivité globale plus faible. La compétitivité du secteur de la construction au Canada est au cœur d’un grand nombre de défis tels que l’accessibilité du logement, la construction d’infrastructures et la résilience climatique.

Dans le cadre de ce projet, des entretiens et des enquêtes ont été menés auprès de quatorze leaders du secteur, afin de mieux comprendre les facteurs contribuant à la faible progression de l’innovation technologique dans le secteur de la construction. 

Ce projet a permis de déterminer les sources de la faible adoption des technologies dans le secteur de la construction : 

(i) la probabilité d’accidents physiques qui augmentent l’aversion au risque pour la mise en œuvre de nouvelles technologies ; 

(ii) les risques de retarder des échéances déjà longues en essayant quelque chose de nouveau ; et 

(iii) un contexte très concurrentiel a réduit le potentiel d’échange de données et d’innovation.

L’augmentation du taux d’adoption des technologies d’amélioration de la productivité dans le secteur de la construction nécessite une planification minutieuse, un leadership tourné vers l’avenir et une culture flexible, ainsi que des solutions et une collaboration à l’échelle de l’industrie. Ces leçons valent pour d’autres secteurs de l’économie.

Collaborateur

Steven Tobin,
Conseiller stratégique au CCF

Date de publication

Mai 2023

partenaire

Brookfield Institute for Innovation and Entrepreneurship

EMPLACEMENTS

À l’échelle nationale

Fonds versés

100 000 $

PERSPECTIVE CLÉ N° 1

Seules 3 % des entreprises de construction ont déclaré avoir automatisé certaines tâches (contre 12 % dans l’agriculture et la sylviculture).

PERSPECTIVE CLÉ N° 2

La faible maturité technique a un effet néfaste sur la productivité du secteur.

L’enjeu

Les nouvelles technologies sur le lieu de travail deviennent de plus en plus courantes dans les industries et les secteurs de l’économie canadienne. Les organisations intègrent des technologies numériques qui peuvent conduire à des approches nouvelles et améliorées des opérations quotidiennes, de la mesure de la productivité et même de la manière dont elles forment leurs employés. 

Bien que l’industrie canadienne de la construction, en particulier, ait fait des efforts pour étendre ses capacités numériques et accroître les intégrations technologiques au cours des dernières décennies, elle est à la traîne par rapport à d’autres grandes industries en ce qui concerne l’adoption générale et les attitudes culturelles à l’égard des nouvelles technologies en milieu de travail, ce qui se traduit par une baisse de la productivité générale. La compétitivité du secteur de la construction au Canada est au cœur d’un grand nombre de défis tels que l’accessibilité du logement, la construction d’infrastructures et la résilience climatique.

Ce que nous examinons

Dans le cadre de ce projet, des entretiens et des enquêtes ont été menés auprès de quatorze leaders du secteur, afin de mieux comprendre les facteurs contribuant à la faible progression de l’innovation technologique dans le secteur de la construction.

Poser les fondations : Maturité technologique du secteur canadien de la construction

Ce que nous apprenons

Les projets complexes à long terme – comme c’est le cas dans le secteur de la construction – freinent l’adoption par le secteur des technologies d’amélioration de la productivité. 

Les participants aux entrevues et aux enquêtes ont décrit les principales sources de la faible adoption des technologies : 

(i) la probabilité d’accidents physiques qui augmentent l’aversion au risque pour la mise en œuvre de nouvelles technologies ; 

(ii) les risques de retarder des échéances déjà longues en essayant quelque chose de nouveau ; et 

(iii) un contexte très concurrentiel a réduit le potentiel d’échange de données et d’innovation.

L’adoption croissante de nouvelles technologies, y compris dans le secteur de la construction, nécessite un leadership tourné vers l’avenir et une culture flexible qui favorise l’innovation. En particulier, les gains de productivité peuvent être renforcés par une culture qui permet une intégration et un déploiement réussis de la technologie. En outre, des solutions et une collaboration à l’échelle de l’industrie qui éliminent les cloisonnements peuvent contribuer à atténuer les risques spécifiques au secteur de l’adoption des technologies dans le secteur de la construction.

Pourquoi c’est important

Pendant des décennies, la croissance de la productivité du Canada a été inférieure à celle de ses homologues de l’OCDE, en partie à cause de la faible productivité du secteur de la construction. Le fait que le secteur de la construction soit particulièrement lent à adopter et à utiliser les nouvelles technologies est un facteur clé de la faible croissance de la productivité du secteur.

L’augmentation du taux d’adoption des technologies d’amélioration de la productivité dans le secteur de la construction nécessite une planification minutieuse, un leadership tourné vers l’avenir et une culture flexible, ainsi que des solutions et une collaboration à l’échelle de l’industrie. Ces leçons valent pour d’autres secteurs de l’économie.

Plus de recherches du CCF

Les perspectives des personnes immigrantes de deuxième génération au Canada

Les résultats relatifs aux personnes immigrantes de deuxième génération sont généralement mesurés sur les plans…

Écologisation des petites et moyennes entreprises : Les entrepreneures dans la transition vers un avenir carboneutre

La transition vers la carboneutralité requiert une mobilisation des entreprises dans tous les secteurs et…