RAPPORT DE PERSPECTIVES DE PROJET

Renforcement des capacités pour fixer le cap en matière de changement climatique

Emplois Durables

SOMMAIRE

Le Canada a besoin d’une main-d’œuvre prête à affronter les changements climatiques, qui est en mesure de traduire les connaissances et les renseignements en actes concrets pour aborder la transition énergétique, l’atténuation du changement climatique et l’adaptation.

Ce projet a étudié la viabilité de concevoir un cadre national pour les compétences nécessaires en leadership pour lutter contre les changements climatiques. Le projet s’est également attardé sur la manière dont un tel cadre pourrait orienter la mise en place de microcertifications liées au climat dans l’écosystème des compétences et de la formation.

Le projet a résumé certaines des compétences recherchées dans les emplois liés au climat, ainsi que les caractéristiques des possibilités de formation et de compétences à court terme en matière de changement climatique dans l’ensemble du Canada. Le projet a mis en évidence la diversité des modalités de conception et de mise en œuvre de ces possibilités, tout en préconisant un cadre général qui assure l’uniformité et la transférabilité entre les territoires.

Toutefois, le gouvernement du Canada a publié en 2023 son Plan pour des emplois durables, qui prévoit le déploiement d’efforts plus adaptés à chaque région et chaque secteur pour répondre aux besoins existants et futurs en matière de compétences.

DATE DE PUBLICATION

Mai 2024

PARTENAIRE

Academy for Sustainable Innovation

EMPLACEMENTS

Ontario

FONDS VERSÉS

$205,000

PERSPECTIVE CLÉ N°1

Les compétences les plus recherchées, relevées dans l’échantillon, pour les emplois liés au climat étaient la communication, la gestion de projet, la mobilisation des parties prenantes, le leadership, la collaboration et la facilitation.

PERSPECTIVE CLÉ N°2

Les possibilités de formation relatives au climat sont en évolution rapide, mais les compétences, les résultats de l’apprentissage, les heures d’apprentissage et les méthodes d’évaluation sont caractérisés par une grande diversité.

PERSPECTIVE CLÉ N°3

Les répondants au sondage préfèrent les formations virtuelles et de courte durée.

L’enjeu

Au Canada et partout au monde, les effets du changement climatique s’accélèrent. Pour contrer les conséquences et lutter contre les causes, le Canada doit accélérer la transformation économique et sociale vers une société à faible émission de carbone, résiliente face aux changements climatiques et inclusive sur le plan social.

Cette transformation nécessite des gens : une main-d’œuvre prête pour le climat qui maîtrise un large éventail d’enjeux complexes concernant le changement climatique et qui peut faire preuve de créativité et à même de jouer les locomotives. Pour y parvenir, la main-d’œuvre a besoin de fournisseurs de services d’éducation et de formation, de collectivités, d’associations professionnelles, d’entreprises, d’organisations non gouvernementales et du secteur public, qui travaillent de concert pour renforcer les capacités.

Des programmes ciblés et de courte durée proposent des occasions économiques pour que les travailleurs acquièrent rapidement les compétences nécessaires pour mettre en œuvre des solutions au changement climatique. Toutefois, malgré l’augmentation du nombre de programmes axés sur le climat, proposés par les établissements d’enseignement postsecondaire et d’autres fournisseurs de services de formation, davantage d’efforts sont nécessaires pour introduire la culture climatique et les compétences vertes dans leur pédagogie, mais peu de normes unifiées sous-tendent de tels efforts. Il peut en résulter une incertitude pour les apprenants et les employeurs, une acceptation réduite des titres de compétences entre les différents territoires et des liens peu clairs entre les compétences en matière d’action climatique et les parcours de formation définis.

L’Academy for Sustainable Innovation estime qu’une approche nationale à l’égard de la formation liée à l’action climatique dans l’ensemble des territoires canadiens pourrait combler ces lacunes. Une reconnaissance et une transférabilité optimisées des titres de compétence garantiraient une convergence des compétences et faciliteraient leur application à l’élaboration de programmes d’études et de formation propres au secteur.

Ce que nous examinons

Pour mieux comprendre la façon de concevoir une telle approche nationale, le projet a entrepris, entre septembre 2022 et septembre 2023, la collecte des données probantes fondamentales suivantes :

  • Comment doter la main-d’œuvre des compétences de leadership nécessaires pour lutter contre les changements climatiques?
  • Comment créer une approche normalisée du perfectionnement des compétences en leadership dans l’ensemble du Canada, qui servira de base à une communauté de vues à l’égard du contexte actuel et des solutions possibles?
  • Comment organiser un effort pancanadien pour doter la main-d’œuvre des capacités en leadership à l’égard de l’action climatique?

Pour répondre à ces questions d’éclairage, le projet comprenait :

  • Une analyse documentaire de l’état actuel des politiques d’intérêt public et des politiques d’entreprise sur les transitions économiques liées aux changements climatiques et sur les difficultés et les approches de perfectionnement de la main-d’œuvre relatives à l’action climatique, tant sur le plan national qu’international.
  • Une analyse des possibilités de formation et des emplois axés sur l’action climatique au Canada.
  • 21 entretiens exploratoires avec des dirigeants représentant divers points de vue sur l’état de préparation des établissements canadiens à adopter une approche nationale de perfectionnement des compétences en leadership dans le domaine de l’action climatique.
  • Un sondage auprès de 157 travailleurs, conçu à partir des informations recueillies dans le cadre des entretiens exploratoires, afin de compiler des renseignements sur les compétences en matière d’action climatique, les perspectives sur les cours de courte durée et les approches possibles d’un projet pancanadien de perfectionnement rapide des compétences.
  • Une analyse et une série d’entretiens avec des organisations sur les structures de gouvernance, les méthodes d’exécution des programmes pour des publics à différentes phases de leur carrière et les enseignements pertinents tirés des expériences des organisations à ce jour.

Ce que nous apprenons

Les compétences recherchées dans les emplois liés à l’action climatique. Les emplois liés à l’action climatique dans les secteurs public et privé sont presque également répartis dans l’échantillon recueilli. Les emplois du secteur public mettent l’accent sur l’analyse de la politique climatique, la planification de l’adaptation, l’éducation et la justice, ce qui souligne le rôle du secteur public dans la définition des politiques, des règlements et des stratégies. Les emplois du secteur privé exigent des compétences en matière de comptabilisation du carbone, de modélisation des gaz à effet de serre et de planification des réductions d’émissions, ce qui porte à croire qu’il y a un besoin croissant de compétences en stratégie et en mise en œuvre. Les compétences les plus sollicitées pour tous les emplois sont la communication, la gestion de projet, la mobilisation des parties prenantes, le leadership, la collaboration et la facilitation. Les compétences techniques, comme celles associées à l’analyse des politiques climatiques, à la planification de l’adaptation et à la planification des réductions d’émissions, étaient également proéminentes, d’où la nécessité d’une expertise spécialisée.

Les possibilités de formation à l’action climatique sont en évolution rapide et sont de plus en plus nombreuses. Il existe de nombreuses possibilités de formation de courte durée et d’autres sont en cours d’élaboration au Canada et dans le monde, en particulier dans le domaine de l’action climatique. Cependant, il n’y a pas de normalisation des compétences communes, des résultats de l’apprentissage, des heures d’apprentissage ou des méthodes d’évaluation, ce qui peut poser des problèmes aux travailleurs et aux employeurs pour ce qui est de déterminer l’utilité, la reconnaissance et la transférabilité des formations de courte durée.

La mise en correspondance des cadres de compétences et des microcertifications. Un cadre national des qualifications pourrait fournir un moyen clair et uniforme pour la reconnaissance et la comparaison des qualifications entre les diverses échelles et divers secteurs de l’éducation et de la formation. D’autres régions, dont la Nouvelle-Zélande, l’Australie et l’Union européenne, ont pris appui sur des cadres de qualification nationaux pour harmoniser les systèmes de perfectionnement des compétences, y compris les microcertifications.

Les préférences des travailleurs en matière de formation. Les résultats du sondage mené auprès de 157 travailleurs ont corroboré d’autres recherches sur les préférences des travailleurs en matière de formation et de perfectionnement des compétences :

  • Le temps et l’argent nécessaires pour participer à un cours déterminent la capacité à y participer. La plupart des personnes interrogées préfèrent les cours d’une durée de quelques jours à quelques semaines. Les personnes interrogées en transition de carrière ont témoigné d’un plus grand intérêt pour les cours de courte durée. Le coût est crucial pour 49 % des répondants, mais il est particulièrement important pour les professionnels en début de carrière (56,8 %).
  • Les répondants plus jeunes, moins expérimentés et racisés préféraient la reconnaissance externe et les titres de compétences formels. La réputation de l’établissement est particulièrement importante pour les répondants en début de carrière.
  • 42,7 % des répondants au sondage préfèrent l’apprentissage virtuel, tandis que 29,9 % choisissent l’apprentissage hybride et 10,2 % l’apprentissage en personne.

La nécessité d’amplifier les efforts existants. Les fournisseurs canadiens de projets de perfectionnement des compétences liées au climat proposent déjà des programmes de perfectionnement et de recyclage des compétences de courte durée en matière d’action climatique, de changements climatiques ou de développement durable, notamment ECO Canada, Iron & Earth, Palette Skills, CanAdapt et Quick Train Canada.

Pourquoi c’est important

Les répercussions des changements climatiques nécessitent une attention urgente. Il est impératif que le Canada dispose de la main-d’œuvre qualifiée nécessaire pour la transition vers une économie carboneutre. Dans cette optique, le gouvernement du Canada a publié en 2023 son Plan pour les emplois durables, qui annonce l’intention de créer le Centre de formation pour les emplois durables. Ce centre est destiné à fédérer les travailleurs, les syndicats, les employeurs et les établissements de formation pour examiner les compétences de la main-d’œuvre existante et prévoir les besoins futurs en compétences dans le but d’aider 15 000 travailleurs à améliorer leurs compétences ou à en acquérir de nouvelles.

Les cadres nationaux spécifiques à un secteur, comme le Programme du Sceau rouge mentionné dans le projet, correspondent idéalement à des professions particulières et définies, notamment lorsque les compétences requises sont systématiques d’une région à l’autre, comme c’est le cas pour les personnes de métier. Le Centre des compétences futures a financé beaucoup de projets adoptant une approche régionale et/ou sectorielle pour repérer les lacunes en matière de compétences, tracer des parcours professionnels et élaborer des cadres de compétences pour les transitions liées au développement durable, notamment dans les domaines des technologies propres et de l’économie bleue. La particularité de ces cadres pour des industries et des régions particulières peut servir de base à un travail plus collaboratif afin de mettre en place la formation nécessaire.

Plus Du CCF

Top view of young modern men in smart casual wear shaking hands while working in the creative office

Qualité de l’emploi de la main-d’œuvre contingentée au Canada

RAPPORT DE PERSPECTIVES DE PROJET Qualité de l’emploi de la main-d’œuvre contingentée au Canada Qualité…

Des politiques aux mesures

Deux groupes collaborent pour remédier aux répercussions sociales et économiques de la COVID-19 sur les…

Labo sur la l’éducation à la petite enfance NOULab

Bien avant l’augmentation de la demande provoquée par le Système pancanadien d’apprentissage et de garde…

View more